Sites associés

Aéroforums

Aéroplane de Touraine est adhérent des Aéroforums, indispensable lieu d'échanges sur l'aviation.

31e escadre de bombardement

Équipages dans la tourmente

Le site de Vincent Lemaire sur la 31e escadre, de 1937 à 1942.

Archive pour décembre 2008

Revue d’effectifs en Centre-Ouest pour… l’armée de l’air

11 au 17 septembre 1912 L’aéronautique militaire utilise pour la première fois ses avions en nombre, une soixantaine, dont les cinq premières escadrilles créées cette année-là. Une première à grand spectacle.

Les grandes manœuvres de 1912 se sont déroulées du mercredi 11 au mardi 17 septembre sur le territoire du 9e corps d’armée dont le commandement était à Tours (1). « Dans les premiers jours de septembre, un parti bleu de l’Ouest s’est rassemblé à l’ouest de la ligne Chantonnay, Fontenay-le-Comte, Niort, Saint-Jean-d’Angély ; d’autres éléments se sont constitués en Vendée, au nord de Cholet, et en Anjou, dans la région de Laval. Pour opérer contre ces forces, un parti rouge de l’Est s’est réuni dans la Haute-Creuse, en amont d’Argenton. D’autres groupements rouges se forment sur le Cher inférieur, à l’est de Tours. » (2) Le parti bleu (à l’ouest) est commandé par le général Gallieni, le parti rouge, à l’est, par le général Marion. Lire la suite de cette entrée »

Elles de Touraine

6 décembre 1912, Henri Lemaître devient le premier membre de l’Aéro-Club de Touraine breveté. 8 novembre 1932, Jan Jossinet fait de même chez les femmes. Elle a fait le récit de sa formation.

Et les femmes dans l’aviation ? La première à voler dans le ciel de Touraine a été Raymonde de Laroche (Elise Deroche), première femme brevetée dans le monde (n°36 de l’Aéro-Club de France), pour le dernier jour de la Semaine de Touraine, en mai 1910. Un tout petit tour de piste pour récupérer sa prime d’engagement (1).

Lire la suite de cette entrée »

Un Bloch 200 de Châteauroux s’écrase sur une ferme

25 février 1938. Adossé à un mur de la ferme du Petit-Bois, à Saint-Laurent-en-Gâtines, au nord de Tours, un petit monument aux morts rappelle le souvenir de cinq aviateurs de Châteauroux qui, en février 1938, trouvèrent la mort en cherchant à se poser après une panne de moteur.

Ce qu'il reste du Bloch 200 : la grange attenant à la ferme a également brûlé. (Didier Lecoq)

De la route qui relie Saint-Laurent-en-Gâtines à Beaumont-la Ronce on aperçoit la petite ferme, située à l’écart. Elle se trouve à quelques centaines de mètres de l’église de Saint-Laurent – si particulière – une ancienne maison d’été des évêques de Tours. On aperçoit également d’autres fermes, un petit bois. Le lieu-dit en tire son nom : le Petit-Bois.

Lire la suite de cette entrée »

Émile Muiron : le 31e d’aviation, c’est lui

La formule est quelque peu abrupte. Mais quand même ! Le général Muiron est incontournable dans le ciel de la Touraine : il a réinstallé l’aviation française à Tours en 1919, commandé le 31e régiment et fédéré les aéroclubs à la veille de la Seconde Guerre mondiale.

Émile Muiron

Lorsqu’il arrive au camp d’aviation de Tours, en juillet 1919, le commandant Émile Muiron ne se doute pas que sa carrière sera liée à ces lieux. Pas davantage qu’il marquera l’histoire de l’aviation tourangelle, au-delà même de sa carrière militaire. Après le départ des derniers aviateurs américains, l’imposant camp d’aviation accueille le groupement aéronautique n°1 dont Émile Muiron est le premier commandant. A l’aube de l’année suivante, ce GA n°1 deviendra le 1er régiment d’aviation – qu’il commandera aussi – puis quelques mois plus tard, le 31e RAO. Un régiment, rebaptisé 31e escadre, qui ne quittera la Touraine qu’en 1939.

Lire la suite de cette entrée »