Sites associés

Aéroforums

Aéroplane de Touraine est adhérent des Aéroforums, indispensable lieu d'échanges sur l'aviation.

31e escadre de bombardement

Équipages dans la tourmente

Le site de Vincent Lemaire sur la 31e escadre, de 1937 à 1942.

septembre 2010
L M M J V S D
« Jan   Oct »
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930  

Archive pour le 25 septembre 2010

Les commandants du 31e régiment

D’Émile Muiron à François de Castel, voici de courtes biographies de ceux qui ont commandé le 31e régiment d’aviation d’observation de Tours (et avant, le GA 1 et le 1er RAO).

Lire la suite de cette entrée »

Les 2es Réserves de Saint-Cyr sur les bords du Cher

Parçay-Meslay n’est pas le premier « aérodrome » militaire installé en Touraine. Plus d’un an avant son ouverture, les 2es Réserves de Ravitaillement de l’Aviation avaient planté leurs Bessonneau sur les prairies de Saint-Avertin. Jusqu’à la victoire de la Marne.


Vu d'un avion, un aérodrome installé sur un hippodrome. Comme à Saint-Avertin. (Didier Lecoq)

Date d’arrivée : fin août, début septembre 1914. Date de départ : 9 octobre de la même année. La première expérience tourangelle en matière de camp d’aviation militaire a duré un mois, peut-être deux, en comptant le temps nécessaire à faire les bagages.

En ce début de septembre 1914, la guerre a pris une mauvaise tournure. Devant la poussée des armées allemandes qui se dirigent sur Paris, le gouvernement a choisi de prendre de la distance en se repliant… à Bordeaux. Quant à l’aéronautique, elle a entrepris une manœuvre qu’elle renouvellera au format XXL en 1940 : le repli sur la Touraine.

En 1914, il n ‘est pas question de tout délocaliser. Seules les 2es Réserves de Ravitaillement de l’Aviation de Saint-Cyr, en région parisienne, doivent déménager. Le rôle de ces 2es Réserves est d’alimenter en matériel les unités du front.  Elles préfigurent ce que fera le RGAé (Réserve générale de l’aviation) jusqu’à la fin de la guerre.

Lire la suite de cette entrée »

Aux Ailes de Touraine le premier avion de tourisme

Ce devait être l’année de la fusion. Et c’est le début de la bataille de Touraine qui, pendant quatre ans, a agité les cieux. En 1931, un nouveau club voit le jour, avec l’aviation de tourisme comme credo. Mais plaie d’argent lui sera mortelle.

Le premier avion de tourisme d'un aéro-club : le Potez 36 F-ALFZ, ici à Parçay-Meslay. (Collection Aéro-Club de Touraine)

Lorsque le 29 mai 1930, Laurent-Eynac, ministre de l’Air, quitte la Fête du 31e régiment (1)(2, il emporte avec lui la promesse que les deux clubs d’aviation d’Indre-et-Loire – l’Aéro-Club de Touraine et l’Aviation-Club de Touraine – vont bientôt n’en faire qu’un. De fait, les choses se précipitent. Le 10 janvier 1931, reprenant le dossier n°184 de l’Aéro-Club, naît… l’Aéro-Club de Touraine (union de l’Aéro-Club et de l’Aviation-Club)(2). Mais les aérostiers dont l’avenir de l’aviation n’est sans doute pas le souci premier, ne l’entendent pas ainsi. Dans le ciel d’Indre-et-Loire, 2 moins 1 ne vont pas faire 1 mais 3.

Lire la suite de cette entrée »