Sites associés

Aéroforums

Aéroplane de Touraine est adhérent des Aéroforums, indispensable lieu d'échanges sur l'aviation.

31e escadre de bombardement

Équipages dans la tourmente

Le site de Vincent Lemaire sur la 31e escadre, de 1937 à 1942.

Archive pour janvier 2012

Alpha Jet Solo Display : the end

L’information a été donnée sur le (très beau) site d’Alpha Jet Solo Display. Elle a été diffusée par Damien Defever sur le forum de Delta reflex. « Compte tenu des contraintes rencontrées (…) et de la nécessité de maitriser l’activité de formation du personnel navigant, (…) l’armée de l’air a décidé l’arrêt de la présentation technique de l’Alphajet ».

L’Alphajet sera encore présent, mais en statique. Après la « dématérialisation » d’Alpha 705, c’est une autre fenêtre sur l’armée de l’air à Tours qui se ferme.

 

Le coq de Georges Boutin à Pierre Souvent

« Après l’armistice, des considérations d’ordre général, firent supprimer entièrement les anciens numéros des escadrilles françaises et de leurs groupes. Adieu la célèbre escadrille 3 ! Adieu l’escadrille 71… Où sont leurs fanions aujourd’hui », regrettait amèrement le commandant Marcel Jauneaud en 1923 (1). A l’heure où les traditions (de l’air) se perdent presque aussi vite qu’en 1919, petit coup de projecteur sur un insigne que je trouve – personnellement – très réussi…

Si d’autres ont choisi une cigogne, un hérisson, un pélican, une croix de Lorraine, un fer à cheval, etc., l’escadrille N 62 – puis Spa 62 – a opté pour un coq. Pas n’importe lequel : celui des pièces de monnaie, un coq chantant, de profil tel qu’on peut encore en voir au sommet des clochers. C’est un dessinateur de l’escadrille, le sergent Georges Boutin qui a « relooké » l’insigne, pour lui donner un aspect beaucoup plus combatif (2). C’est ce coq que l’escadrille a conservé. Georges Boutin est né à Tours, le 1er février 1879. Il a effectué son service militaire au début du 20e siècle, dans le régiment chéri des Tourangeaux : le Six-Six (66e RI). Mais c’est au 70e régiment d’infanterie territorial qu’il a été mobilisé, avant de rejoindre cette escadrille en septembre 1916. Georges Boutin était architecte de profession, à Paris.

Le coq de la N 62, dessiné en novembre 1916, par Georges Boutin pour Pierre Souvent. (collection Jacqueline Charron) (3)

Le dessin, daté de novembre 1916, a été dédicacé à un autre Tourangeau – né aux Montils, en Loir-et-Cher– Pierre Souvent. Mitrailleur à l’escadrille Spa 62, Pierre Souvent était négociant en grains à Tours – « la graineterie des gares » était tenue par sa mère – 26, rue de Bordeaux. Il est devenu pilote en 1918, dans la chasse d’abord – à la Spa 84 – puis dans le bombardement, au GB 3 : Br 126 en juin-juillet 1918 puis Br 128 jusqu’à sa démobilisation en mars 1919. Après la guerre, Pierre Souvent a fait partie des anciens aviateurs tourangeaux de la Grande Guerre qui ont fondé l’Aviation-Club de Touraine dont il a été président en 1925. L’ACT a formé en 1935 Air Touraine, avec l’Aéro-Club de Touraine et les Ailes de Touraine, après bien des vicissitudes.  Pierre Souvent a été codirecteur de la Société d’alimentation animale de Touraine. Il est décédé en 1969.

L’escadrille Spa 62 existe toujours. Elle appartient à l’escadron de chasse 1.3 Navarre qui se trouve sur la base aérienne de Nancy-Ochey. Elle vole sur Mirange 2000 D. Le coq ainsi dessiné par Georges Boutin est multicolore. Sur les avions, il a été peint en noir. Un clin d’œil bien avant l’heure à la « Dame noir », la géline de Touraine.

Didier Lecoq

(1) Marcel Jauneaud, dans « L’Aviation militaire et la Guerre aérienne », éditions Flammarion. Marcel Jauneaud a commandé le 31e RAO et la base de Tours.

(2) La fiche de Georges Boutin sur Mémoire des hommes. Lire

(3) Merci aux membres de cette famille et notamment à la fille de Jacqueline Charron et aux enfants de Jacques Charron pour me l’avoir communiqué. D.L.

(4) La fiche de Pierre Souvent sur Mémoire des hommes. Lire

De gauche à droite : Paul Colin, Pierre Souvent, Robert Dangoise, Jean Anthonioz et Maurice Bodin devant le Luciole F-ALRE. (Archives Aéro-Club de Touraine)

Liens

A voir également, la page consacrée à la Spa62 sur le site d’Albin Denis. Lire

 

Le voyage à Prague du général et du député

En 1928, l’aviation tchèque invite le général Pujo à Prague. Celui-ci désigne le 31e régiment de Tours pour l’accompagner. C’est la 14e escadrille (C 56) qui est retenue.

Le 18 juin 1928, six Potez 25 quittent Tours, sous les ordres de Paul Canonne, commandant le groupe d’observation n°4 auquel la 14e escadrille appartient. Ce voyage n’a rien d’un exploit sportif. Il s’agit de répondre à l’invitation amicale adressée par les aviateurs tchèques au général Pujo, directeur de l’aéronautique militaire et ancien commandant de la 9e brigade de Tours.

Un Potez 25 de Tours à La Courtine

Un Potez 25 (1) de Tours à La Courtine. (Didier Lecoq)

Un voyage sans histoires si ce n’est quelques bourrasques de pluie qui contraignent les Potez 25 à une escale non prévue, à Nuremberg (Allemagne), où les aviateurs français ont pu remarquer « la belle ordonnance des hangars, l’autorité du starter, l’uniforme brillant des policiers et même… la propreté des mécaniciens » !

Lire la suite de cette entrée »