Sites associés

Aéroforums

Aéroplane de Touraine est adhérent des Aéroforums, indispensable lieu d'échanges sur l'aviation.

31e escadre de bombardement

Équipages dans la tourmente

Le site de Vincent Lemaire sur la 31e escadre, de 1937 à 1942.

Archive pour juillet 2012

Passager sur un Meteor Mk 7 de Tours en 1954

Petite suite au vol réalisé par un journaliste de la Nouvelle République, début juillet à Tours. Ou plutôt un précédent. Petit retour en arrière, au lundi 8 mars 1954. Ce jour-là, la Nouvelle République donne un coup de projecteur sur la base aérienne de Tours – base aérienne 109 à l’époque – et la 30e escadre de chasse de nuit qui s’y trouve.

La base est alors commandée par le lieutenant-colonel Clausse et la 30e escadre par le commandant Rouquette. Celle-ci est équipée de seize biréacteurs biplaces Gloster Meteor NF-11, dotés d’un radar dans le nez, et de sept Gloster Meteor Mk 7, biplaces également, avec double commande. Sans oublier huit Dassault MD-315 Flamant pour l’entraînement au radar et autres petits avions de liaison (1).

Gilbert Donat, journaliste à la Nouvelle République, raconte la mission à laquelle il a pris part. Le pilote était le commandant Agnel. Ce pilote – accompagné cette fois de l’adjudant Choplain – a été victime d’un accident le 10 mai 1954, deux mois après la parution de l’article, accident sans gravité pour les deux aviateurs. En revanche, le Gloster Meteor Mk 7 F-UIMX, qui avait emmené Gilbert Donat, a été endommagé après s’être posé sur le ventre, à Notre-Dame-d’Oé, sur la voie de chemin de fer de l’autorail Tours – Vendôme. Il a été réformé.

Récit d’une journée qui a sans doute donné, à certains, envie de voler.

Didier Lecoq

(1) A la fin de l’année 1954, la BA 109 possédait 23 Meteor NF 11, sept Meteor Mk 7 et sept MD-315.

Lire la suite de cette entrée »

Il y a 100 ans, le 18 juillet 1912…

Cet article a été publié par La Dépêche. Reste à savoir si la scène, avec le pilote accroché à l’avion, a bien existé. En tout cas, l’accident a bel et bien eu lieu.

Un aviateur fait une chute près de Châteaurenault

« Hier soir, entre 4 heures et 5 heures, plusieurs aviateurs venant de Tours, passaient dans les environs de Châteaurenault lorsqu’ils furent surpris par un violent orage et se virent obligés d’atterrir. Le capitaine Faure sur l’avion C.B.6, descendit sans incident à la ferme de la Mairie tenue par M. Fenant, commune de Saunay ; le lieutenant Jacquet, sur le C.B.52, atterrit à Saint-Cyr-du-Gault, et M. Perreyon sur Blériot s’arrêta, non sans endommager son appareil, près du château de Pierrefitte, commune d’Auzouer.

« Mais un quatrième aviateur, M. Morin Roger, âgé d’environ 24 ans, monté sur monoplan Blériot, se trouvait pris dans un remous, fit une chute assez grave. Se voyant obligé d’atterrir, il coupa l’allumage et se tint suspendu à son appareil.

« Voyant l’accident qui allait se produire, il sauta à terre, en arrivant à quelques mètres du sol, à la ferme de la Pinsonnière, près de Châteaurenault.

« Dans sa chute, il se contusionna les reins et se cassa une cuisse. Sur l’ordre de deux médecins, il fut conduit par un domestique de M. Guignard, propriétaire de la ferme, à l’hôpital de Châteaurenault. Son état est assez grave. Quant à l’appareil, il a l’hélice cassée et plusieurs autres pièces assez sérieusement endommagées. »

Roger Morin

Roger Morin devant son Blériot XI. (Collection Nicolas Rullon)

Lire la suite de cette entrée »

Baptême de l’air en Alphajet à la base aérienne de Tours

C’est suffisamment exceptionnel pour être souligné, la base aérienne 705 – et donc l’armée de l’air – a emmené Raphaël Chambriard, journaliste à la Nouvelle République, pour un vol d’entraînement en Alphajet. Reportage et vidéo sont à ne pas manquer.

Le reportage et la video

Et les impressions du pax

Sur le siège éjectable