Sites associés

Aéroforums

Aéroplane de Touraine est adhérent des Aéroforums, indispensable lieu d'échanges sur l'aviation.

31e escadre de bombardement

Équipages dans la tourmente

Le site de Vincent Lemaire sur la 31e escadre, de 1937 à 1942.

En images
mai 2018
L M M J V S D
« Avr    
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031  

Archive pour la catégorie ‘Ils sont passés par Tours’

Le raid de Victor Lasalle se termine dans le désert de Libye

Officier au 31e régiment d’aviation de Tours, Victor Lasalle a trouvé la mort dans le désert qui borde le golfe de Syrte en percutant des dunes, le 15 décembre 1929, lors d’une liaison rapide entre Paris et Saigon.

Lasalle, Rébart et Faltot avant leur dernier départ. (Collection Yvette Morel-Lasalle)

1929, horrible année pour le 31e régiment d’aviation de Tours. Vendredi 23 août, un Potez 25 peine au décollage et vient en percuter un autre autour duquel s’affairent trois aviateurs. Deux sont tués, le sergent Fond et le caporal Dambricourt.

Samedi 5 octobre, deux Potez 25 rentrent de mission, en Roumanie et en Yougoslavie. Ils se percutent dans le mauvais temps, dans l’Allier : quatre morts, le commandant François Tulasne, l’adjudant-chef Favier dans l’un ; le sergent-chef Vergnaud et le sergent Josserand dans l’autre.

Dimanche 15 décembre, le 31e perd son « champion », le capitaine Victor Lasalle, qui trouve la mort en Libye lors d’une liaison rapide entre la France et l’Indochine. Lire la suite de cette entrée »

Le dernier raid de l’adjudant-chef Jean Foiny

19 mai 1925 Peu de temps après avoir décollé de l’aérodrome de Parçay-Meslay pour reconquérir la coupe Zenith, l’adjudant-chef Jean Foiny, pris dans le brouillard, s’écrasait à quelques kilomètres du terrain après avoir fait demi-tour.

Jean Foiny

A la sortie de la Monnaie, dans la direction de Tours, sur la droite. Un monument rappelle qu’ici, aux Belles-Ruries, le 19 mai 1925, l’adjudant-chef aviateur Jean Foiny et son mécanicien Jean Foucher, ont trouvé la mort. L’adjudant-chef Foiny appartenait au 31e régiment d’aviation de Parçay-Meslay, comme Jean Foucher, un conscrit bordelais qui l’accompagnait. Ce matin-là, ils ont décollé à 4 h 28’27’’, dans le brouillard. L’heure est précise. Jean Foiny partait pour reconquérir la coupe Zenith, une épreuve réservée aux militaires dont il avait pris la tête en 1924, et des chronométreurs de l’Aéro-Club de France – MM. Deslis et Baconnier – étaient présents pour donner le signal du départ.

Lire la suite de cette entrée »

Neuf tués dans la collision de deux Bloch 210 de Tours

C’est l’accident aérien le plus grave qu’a connu la Touraine. Le 22 avril 1939, le lieutenant-colonel Mailloux, commandant la 51e escadre, rentre de manœuvres avec trois autres Bloch 210. Au moment de la séparation, deux avions se percutent. Ainsi disparaissent neuf aviateurs dont le compagnon de Jean Mermoz sur l’Arc-en-ciel.

Louis Mailloux alors qu'il commande le 2e groupe de la 31e escadre (janvier 1937)

Lire la suite de cette entrée »

Les commandants du 31e régiment

D’Émile Muiron à François de Castel, voici de courtes biographies de ceux qui ont commandé le 31e régiment d’aviation d’observation de Tours (et avant, le GA 1 et le 1er RAO).

Lire la suite de cette entrée »

L’envol du général Alain de Maricourt

Créateur des commandos parachutistes de l’air, directeur de l’École de l’air, major général de l’armée de l’air, Alain Dumesnil de Maricourt a commencé sa carrière d’aviateur à Tours, en 1931.

Alain de Maricourt

Alain de Maricourt.

Il faudrait davantage qu’un article pour parler de la carrière du général de Maricourt. Ne serait-ce que pour aligner ses citations (six), ses  décorations (commandeur de la Légion d’honneur, Silver Star américaine notamment) et ses états de service qui font penser aux Croix de guerre des as de la Première Guerre dont le ruban s’allongeait au rythme des exploits : commandant du GB 1/32 Bourgogne puis de la 31e escadre de 1943 à 1945 avec lesquels il se distingue en Italie puis en Allemagne ; il commande deux fois l’École de l’air ; au Tonkin, il est à la tête du  groupement aérien tactique du Nord ; il quitte l’armée en 1961 alors qu’il commande les Forces aériennes tactiques.

Lire la suite de cette entrée »

Les deux vies de Charles Renard-Duverger

Charles Renard-Duverger

Charles Renard-Duverger

Porté disparu en octobre 1918, le Lochois, chef de l’escadrille Br 117 était prisonnier en Allemagne. Libéré avant la fin de l’année, il a choisi de faire carrière dans l’aviation, notamment au 31e régiment d’aviation d’observation de Tours.

C’est le genre d’anecdote qui marque une vie. De quoi découper l’article et le mettre dans un cadre, en face de son lit, pour démarrer chaque journée avec le sourire. Le 12 décembre 1918, le lieutenant Renard-Duverger fait la une de la Guerre Aérienne Illustrée, le précieux hebdomadaire de Jacques Mortane. Sous le titre « Deux héros disparus » apparaît son portrait ainsi que celui du lieutenant des Forts. Jacques Mortane et Jean Grégoire publient, en page 909, la nécrologie du commandant de l’escadrille Br 117, disparu lors d’une mission de bombardement le 29 octobre 1918, au-dessus de l’Allemagne. L’adjudant-chef Gaston Guyot l’accompagnait. Lire la suite de cette entrée »

François Tulasne, un destin lié aux Balkans

Commandant du groupe de reconnaissance n°5 du 31e régiment de Tours, François Tulasne a trouvé la mort avec trois autres aviateurs, lors de la collision des deux Potez 25 qui rentraient d’une mission dans les Balkans. Il avait quatre enfants dont Jean, futur commandant de l’escadrille Normandie.

Samedi 5 octobre 1929. Deux Potez 25 du 31e régiment d’aviation, partis de Lyon, se dirigent vers Tours. Ils rentrent d’un long voyage qui leur a fait prendre la route des Balkans, jusqu’en Roumanie pour les obsèques du colonel Protopopescu, puis Belgrade, en Yougoslavie. Ils rentrent en passant par Venise et Lyon. Dans leurs foyers comme sur la base de Parçay-Meslay, tout le monde les attend.

Lire la suite de cette entrée »