Sites associés

Aéroforums

Aéroplane de Touraine est adhérent des Aéroforums, indispensable lieu d'échanges sur l'aviation.

31e escadre de bombardement

Équipages dans la tourmente

Le site de Vincent Lemaire sur la 31e escadre, de 1937 à 1942.

En images
juillet 2018
L M M J V S D
« Mai    
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031  

Archive pour la catégorie ‘La base aérienne de Tours’

Souvenir d’un élève marin en 1970 à Tours

Souvenirs d’un élève-pilote à l’école de chasse, à Tours, en 1970, signé d’un pseudo JLDownUnder, au temps où la Marine formait également ses pilotes à la BA 705.

Et hop, un petit tour bien sympathique en T-33 au-dessus de la Touraine. C’était avant les GoPro. Et pourtant.

L’aviation militaire en Indre-et-Loire

103392Voici quelques années, Claude Fillet de Jean-Pierre Bezard avaient publié « Cent ans d’aviation civile en Indre-et-Loire ». Suite logique, vient de sortir « L’Aviation militaire en Indre-et-Loire », chez Geste éditions. Ils ont reçu le renfort d’Yves Audren, spécialiste de la détection aérienne… et de moi-même. Il seront présents ce week-end pour le meeting du Centenaire.

Le synopsis de Geste éditions :

Voici la rétrospective de l’aviation militaire en Indre-et-Loire de ses débuts à nos jours. 4 spécialistes de la question, reviennent sur l’histoire de la base aérienne 705 à Tours, créée en 1915 par l’Armée de l’Air, mais aussi sur celle d’unités aériennes moins connues de l’Aviation Légère de l’Armée de Terre ou encore de la Gendarmerie. L’histoire des lieux, les événements marquants, les personnages importants (connus ou moins connus)… Vous saurez tout de l’aéronautique militaire en Indre-et-Loire.

  • Réf. : LUP1662
  • Année d’édition : 2015
  • Edition : Brochée
  • Format : 21 x 29,7
  • Isbn : 978-2-36746-338-4
  • Nombre de pages : 288

Prix : € 29,90

Le bon de commande est téléchargeable sur le site de Geste éditions

Meeting du centenaire le 7 juin

L'affiche du meeting

L’affiche du meeting

La base aérienne 705 fête

Alpha Jet E173

L’Alpha Jet E173 avec sa livrée spéciale pour les 100 ans de la base

ses 100 ans (avec un peu d’avance car l’école a été ouverte en novembre 1915) avec un meeting dont le programme est sur Le site du meeting.

 

Des vidéos de Tours quand l’école était américaine (2)

De plus en plus de vidéos avec la chute d’un Sopwith 1A de l’école, connu sous son nom britannique de Sopwith 1/2 Strutter :

Cette autre vidéo démarre avec un G.4 au roulage, des entraînements pour les radios avec des messages du sol vers les avions sous forme de draps étendus, et semble-t-il la chute de deux avions en feu qui se sont peut-être télescopés :

Sur cette vidéo, on aperçoit des DH.4 et des Breguet 14 aux couleurs américaines. On remarque très bien la cabine sur le hangar n°4 et les échelons sur le toit pour s’y rendre. Suit un très beau plan du terrain depuis cet ancêtre de la tour de contrôle, notamment sur le bureau du commandement devant lequel se trouve le mât et la place Capitaine-Münch. Le dernier plan permet de découvrir les nombreuses constructions des Américains, à l’ouest de la route nationale 10, qui seront remplacés le camp Tulasne au début des années 30 :

Si vous voulez mieux situez les vidéos, cette page offre des vues d’ensemble du terrain d’aviation : Lire

 

Des vidéos de Tours quand l’école était américaine

Plusieurs vidéos de Critical Past consacrées au 2nd Aviation Instruction Center – l’école d’aviation de Tours lorsqu’elle était américaine -, tournées en 1918, sont en ligne sur YouTube.

Sur celle-ci, on peut voir des Caudron G.3 se poser alors que deux autres (dont le n°32) ont effectué un cheval de bois.

On peut voir un autre G.3 atterrir, le C837 codé 10 ainsi qu’un G.4 bimoteur. On aperçoit très bien les quatre grands hangars les plus au nord (n° 1 à 4).

Autre film intéressant :

Ce film se présente en deux parties. La première montre des Caudron G.3, des Nieuport, des Breguet 14 ainsi que des DH.4 de l’école d’observateurs US, avec de grands numéros. A mi-film, les images des Sopwith 1A2 sont connues, sous forme de reportage photographique, avec les n° 74 ou 88. Ces Sopwith sont aux couleurs françaises et américaines. On y voit très bien les hangars 9 et 10. Ils ont été filmés depuis le toit d’un hangar. Des DH.4 – dont le n°40 – sont ensuite filmés, devant les hangars 1 à 4, ce dernier accueillant une guérite au-dessus de son toit, pour faire tour de contrôle. Le film se termine par une démonstration de la maniabilité d’un Caudron G.3… au sol.

Une vidéo d’un NOSA sur Facebook et Youtube

Le navigateur officier systèmes d’armes (NOSA) est le bras droit du pilote. Il maîtrise les équipements de pointe tels que ordinateurs de bord, radars, guidage des armements laser… Découvrez le quotidien de Pierre, 22 ans, élève au sein de l’école de chasse sur la base aérienne de 705 de Tours. La vidéo a été réalisée par l’armée de l’air. Elle est visible sur Facebook ou sur Youtube.

Maurice vinot, le premier mort de l’école de Tours

Photographie Austin (source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France)

Photographie Austin (source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France)

C’est le premier mort de l’école d’aviation de Tours. Et donc le premier mort de ce qui deviendra la base aérienne. Une « rue », la deuxième à gauche après avoir franchi le portail de l’école d’aviation militaire de Tours, portait d’ailleurs le nom de rue Vinot.

Ce Parisien avait un peu plus de 27 ans lorsqu’il a trouvé la mort (1), à Pontlevoy, dans un accident d’avion, sans doute un Caudron G3, le 23 juin 1916. Pontlevoy , avec son aérodrome et son abbaye, était un point de passage remarquable pour les élèves de l’école, lors des parcours en triangle notamment.

Selon les témoins, l’avion qui était à 30 m d’altitude, s’est soudainement écrasé. Le soldat Maurice Vinot a été tué sur le coup. Mousson (2) – selon les journaux –, qui l’accompagnait, a été blessé. Il était encore à l’hôpital temporaire de Pontlevoy, dans le vieux collège, lors des obsèques de Maurice Vinot (3).

Maurice Vinot était un artiste lyrique connu. Un artiste en devenir. Il avait joué dans une centaine de films (de 1908 à 1914). Louis Feuillade en avait fait un de ses acteurs préférés. Maurice Vinot était marié à une autre star du muet, Marthe Lagrange, connue sous le nom de Marthe Vinot.

Notes

(1) Maurice Vinot est né le 3 novembre 1888 à Paris (XIe).

(2) Il semble qu’il s’agisse plutôt du maréchal des logis de cavalerie Mathieu Moussou dont le brevet n° 3765 a été enregistré au 23 juin 1916, jour du drame !

(3) La Touraine Républicaine du 1er juillet 1916.

Robert Poirier, un aviateur sur la route de la Das Reich

Cet aviateur tourangeau est devenu officier de l’Ordre de l’Empire britannique pour avoir contribué, avec son réseau, à ralentir la remontée de la division Das Reich, du Périgord vers la Normandie, il y soixante-dix ans. Le point d’orgue d’une longue carrière.

L’histoire est belle. Elle est racontée par Jacques Poirier – Captain Jack pour la Résistance –, dans son livre La girafe a un long cou (1). Officier du SOE britannique dans le Sud-Ouest (2), il est alors chargé de recueillir un résistant français, officier de surcroit, sur qui l’étau allemand se resserre en Savoie. Méfiant, Jacques Poirier  l’attend dans la cave qui lui sert de bureau, un revolver à portée de main. Et quand il aperçoit, de dos, cet homme descendre l’échelle, son sang ne fait qu’un tour. C’est son père, Robert Poirier. Extraordinaire rencontre du père et de son fils qui conjuguent le verbe résister chacun à l’insu de l’autre. Une histoire d’autant plus rocambolesque que tout le monde, dans le réseau Nestor qu’il dirige, est convaincu que le Captain Jack est anglais. Un double secret qu’ils vont devoir garder jusqu’à la Libération.

Robert Poirier est fait commandeur de la Légion d'honneur, en 1949 à Rabat. Il arbore la Médaille militaire, la Croix de guerre 14-18, la Croix de guerre 39-45, la Médaille de la Libération avec rosette, la médaille de l'Aéronautique, la croix d'officier de l'Empire britannique et la Croix de la vaillance polonaise. (Photo famille Poirier)

Robert Poirier est fait commandeur de la Légion d’honneur, en 1949 à Rabat. Il arbore la Médaille militaire, la Croix de guerre 14-18 (avec palmes et étoile), la Croix de guerre 39-45 (avec palmes et étoile), la Médaille de la Libération avec rosette, la médaille de l’Aéronautique, la croix d’officier de l’Empire britannique et la Croix de la vaillance polonaise. Et il en manque! (Photo famille Poirier)

C’est un nouvel épisode d’une vie déjà riche. Robert Poirier est né à Tours, le 8 octobre 1894, au 10 de la rue Saint-Louis. Ne la cherchez pas. En 1905, elle a changé de nom. Elle est devenue la rue Philippe-le-Bon, pas très loin des Halles. Son père, Édouard, était employé de commerce. Sa mère, Cécile Weil, s’occupait du foyer. Si son père est né à Céré-la-Ronde, en Indre-et-Loire, sa famille paternelle venait un peu du Chinonais mais surtout du sud de la Touraine et notamment Antogny-le-Tillac où son aïeul vivait au début du 18e siècle.

Lire la suite de cette entrée »

La base aérienne de Tours en images

Une photo a été ajoutée au diaporama de l’entrée du camp d’aviation de Tours. Cette carte postale a voyagé en mars 1926. Le portique porte le nom du 31e régiment d’aviation.

> Retrouver les autres photos de la base de Tours. Voir

Base aérienne de Tours

Le portique a été fraîchement repeint. (Didier Lecoq)

De l’Aéropostale au charnier de Saint-Symphorien

Jules  Costa, le radio d’Air France, fait partie – avec Félix Falières, technicien radio dans la même compagnie – des résistants fusillés sur la base de Tours, le 9 août 1944, juste avant le départ des Allemands. Ils appartenaient au réseau Marco-Polo.

Depuis un mois et demi, la bataille fait rage en Normandie. Comme de nombreux Français, les Tourangeaux attendent l’heure de la libération. Certains y travaillent activement.  C’est le cas des résistants du groupe Baobab qui appartiennent au réseau Marco-Polo. Leur rôle, transmettre des informations à Londres. La première centrale d’émission a été installée à Chambray-lès-Tours ; elle fut ensuite, pour des raisons de sécurité, transférée à Saint-Pierre-des-Corps. Parmi eux, l’un des fondateurs du réseau, Jules Costa.

Le monument de Saint-Symphorien

Beaucoup de monde pour l’inauguration du monument, à l’entrée de la base aérienne. (Photo Nouvelle République)

Dans la nuit du 22 au 23 juillet 1944, c’est la grande rafle. Dénonciation, repérage de postes, difficile de le dire. Presque tous les membres de Baobab sont arrêtés par les Allemands. Certains parviennent à s’échapper comme Marcel Le Minor, dont le café du « Père Lunette », place des Halles, sert de PC au groupe (1) ; sa femme et sa fille seront déportées. Ou Jean Fontbonne,  le patron de l’hôtel des Familles, place des Halles, qui héberge des membres du groupe venus de Lyon. Sa femme et sa fille rentreront de déportation, mais sa fille, Jacqueline, modiste, 23 ans, décédera peu après. Lire la suite de cette entrée »

L’école des observateurs : Tours – Londres avec escales

Il y a eu des départs collectifs vers la France Libre. Les plus connus sont le Farman de Saint-Jean-d’Angély, le « Trébouliste » de l’école de pilotage de Morlaix, le « Buhara », etc. 17 officiers de l’armée de terre (et sans doute 18), élèves de l’école des observateurs (en avion) de Tours ont rallié Londres. Comme ils ont pu.

Il étaient 140 en ce début juin 1940 à l’école d’observateurs de Tours. Ils venaient tous de l’armée de terre et sous les ordres du commandant Maurice Jeannin (ancien commandant du groupe 2/51 en 1937), commençaient leur exode. Pour cent d’entre eux, ce sera Aulnat. Pour les quarante autres, ce sera Rennes avant de prendre également la route de Clermont-Ferrand. Parmi ces 140 officiers brevetés observateurs en avion à Tours, dix-sept choisiront le chemin de l’exil. Six seront faits Compagnons de la Libération.

Lire la suite de cette entrée »

Le colonel Cyrille Duvivier : une longue tradition militaire

tours_duvivier

(Photo Armée de l’Air)

Le colonel Cyrille Duvivier a pris le commandement de la base aérienne 705 « François et Jean Tulasne » à  Tours (*). Il succède au colonel Bernard Lebrun qui, après deux années passées à Tours, est nommé à l’OTAN, à Bruxelles, ville qu’il connaît déjà.

Ancien de l’École de l’air, promotion « Lieutenant Poznanski », le colonel Duvivier a été breveté pilote de chasse en 1994 à Tours.

Il a effectué l’essentiel de sa carrière dans la reconnaissance où il a notamment été chef d’escadrille sur Mirage F1 CR à l’escadron de reconnaissance 02.033 « Savoie » et commandant de l’escadron de reconnaissance 01.033 « Belfort », à Reims, en 2007-2008.

Depuis 2010, il était au cabinet du ministre de la Défense en tant qu’adjoint cellule relations internationales.

Il a participé à plusieurs détachements et opérations : Crécerelle depuis Istrana en Italie à deux reprises, Alysse en Irak à trois reprises, Épervier au Tchad également à trois reprises puis Héraclès en Afghanistan. Il totalise plus de 2400 heures de vol dont 1700 sur Mirage F1 CR et 165 missions de guerre.

Son père, le général de corps d’armée aérienne (CR) Jean-Pierre Duvivier, a commandé la 61e escadre de transport d’Orléans. Sa mère était convoyeuse de l’air. Il est le petit-fils du général Robert Audemard d’Alançon, ancien de la 2e DB de Leclerc (en savoir plus)

La cérémonie a été présidée par le général Denis Mercier, chef d’état-major de l’armée de l’air.

(*) Il est également, à ce titre, commandant de la base de défense de Tours.

Liens

Les commandants de la base aérienne de Tours   Lire

Sa première interview sur la NR Dimanche du 8 septembre 2013   Lire