Sites associés

Aéroforums

Aéroplane de Touraine est adhérent des Aéroforums, indispensable lieu d'échanges sur l'aviation.

31e escadre de bombardement

Équipages dans la tourmente

Le site de Vincent Lemaire sur la 31e escadre, de 1937 à 1942.

Les commandants de la base aérienne de Tours

Le 1er septembre, le colonel Bernard Lebrun a succédé au colonel Pascal Delerce à la tête de la base aérienne 705. C’est l’occasion de passer en revue les commandants de base qui se sont succédé à Tours. Une tentative qui n’est pas exhaustive tant les périodes avant et après-guerre sont peu documentées.

La base aérienne de Tours a été créée le 1er janvier 1934, au moment de la transformation des deux régiments présents à Tours – 2e de chasse et 31e d’observation – en escadres. A cette date, le lieutenant-colonel de Castel, commandant le 31e par intérim, est nommé à la tête de la nouvelle 31e demi-brigade qui chapeaute les 2e et 31e escadres et la base aérienne 131.

Une carte qui date sans doute de 1934.

La base aérienne change de nom le 1er juillet 1936 pour devenir «base aérienne 109 » (décision ministérielle du 14 mai 1936). Pas pour longtemps car elle change rétroactivement d’appellation le 15 octobre 1936 pour prendre officiellement le nom de « base aérienne de Tours » (décision ministérielle du 22 octobre 1936), nom qu’elle conservera officiellement jusqu’à l’occupation allemande.

Une carte identique à la première, plus tardive, au nom de la base aérienne de Tours.

Avant-guerre, le commandant de la base aérienne n’avait que le bataillon de l’air, le groupement des services administratifs, le parc et le centre mobilisateur sous ses ordres. Les escadres lui échappaient, rattachées à la 31e demi-brigade et assez rapidement à la brigade. La base et la région aérienne possédaient également un état-major commun.

Avant-guerre

Lieutenant-colonel Léon Laurent

1er janvier 1934 – 12 janvier 1936. Né le 22 mars 1885 à Troyes (Aube). C’est le premier commandant de la base aérienne. Le lieutenant-colonel Laurent a ensuite été promu au commandement de la 31e escadre. Preuve de l’importance limitée de sa première fonction.

Lieutenant-colonel Jean Guérin de Vaugrente-Duvivier

13 janvier 1936. Né le 23 août 1894 à Rennes.

Lieutenant-colonel Marcel Lesourd

Janvier 1938. Né le 3 août 1890 à Brionne (Eure). Décédé le 26 août 1938, à Paris.

Commandant Georges Fauvel

Commandant du bataillon de l’air 109, après avoir dirigé le Centre de mobilisation n°9, il a assuré l’intérim après le décès du lieutenant-colonel Lesourd.

Colonel Adrien Jury

Il a cumulé les fonctions de chef d’état-major de la 3e région aérienne et de commandant de la base de Tours jusqu’à la guerre.

Colonel Marcel Jauneaud

8 septembre 1939 – 10 novembre 1939. L’enfant terrible des officiers supérieurs de Tours a quitté sa fabrique de couveuses automatiques située à Mettray (Bekoto), au moment de la mobilisation. Il est nommé commandant du Centre d’instruction de renseignement, de la base aérienne de Tours et de son annexe à Orléans-Saran. Mais ses méthodes ne se sont pas assagies et il est très vite entré en conflit avec un autre rappelé, le général de Marancour. Deux mois plus tard, Marcel Jauneaud est renvoyé dans ses foyers. Il est même menacé pour s’être promené en uniforme dans Paris en décembre…

Le lieutenant-colonel Marcel Jauneaud

Le lieutenant-colonel Marcel Jauneaud, entouré de son état-major, lorsqu’il dirigeait le 31e régiment en 1930.

Colonel Adrien Jury

11 novembre 1939 – juin 1940. Né le 19 avril 1890 à Saint-Amand-Tallende (Puy-de-Dôme). C’est lui qui a été chargé de préparer le repli de la base aérienne en Afrique du Nord.

Après-guerre

La base aérienne de Tours est devenue base équipée 109 le 1er janvier 1945. Elle devient base-école des moniteurs de Tours le 28 août 1945 (1er octobre selon d’autres sources). Elle prend un moment le nom de Base-école 704. Après sa fermeture, elle dépend du CRAP 207 et retrouve le nom de Base aérienne 109 alors que le colonel Rochard la dirige. Elle hérite du n° 705 (base-école puis base aérienne) en 1961 avec l’arrivée de l’école de chasse en provenance de Meknès.

Commandant Albéric Marias

Du 1er septembre 1944 au 20 décembre 1944. Né le 17 août 1903 à Oriolles (Charente), décédé le 28 mars 1979. Élève de l’École nationale supérieure de l’enseignement technique. Engagé, il arrive à Tours en 1933, à l’état-major de la 3e région aérienne. Lors de la constitution de la 51e escadre, le 1er avril 1937 à Tours, il prend le commandement de la 2e escadrille. Après l’armistice, il revient à Tours, en zone occupée, à la tête du Centre administratif de l’air. Il rejoint la Résistance tourangelle (groupe Balzac). A la Libération, il commande la circonscription aérienne et la base. Vu le mauvais état des installations, les services de la base sont au quartier Lassalle puis au quartier Baraguey d’Hilliers. En mars 1945, il rejoint le régiment Normandie-Niemen à Toula (Russie). Il a terminé sa carrière en 1954, comme commandant de l’air dans l’océan Indien, avec le grade de général de brigade aérienne.

Commandant Roger Reyjal

Né le 2 novembre 1894, à Versailles. Pilote depuis 1915, il a fait l’essentiel de sa carrière à Dugny (Le Bourget), au 34e RAO et à la base aérienne 104. En 1945, il est à la tête de la base équipée 109.

Commandant Roger Duval

Né le 15 juillet 1912 à Nogent-le-Rotrou. Les éléments du 1/18 chargés de former l’école sont arrivés le 10 juillet 1945 en provenance de Cognac. Le commandant Duval est arrivé à la fin du même mois, venant de l’école de Meknès.

Colonel Gustave Leroy

Il commande la base de Tours d’août 1946 à août 1947. Résistant, il est déporté le 17 janvier 1944 à Buchenwald puis Dora. Le colonel Leroy a publié un recueil de poèmes en 1962, A chacun son dû. En août1947, la base-école 704 de Tours est dissoute. Le colonel Leroy est affecté, le 25 août, en compagnie de plusieurs officiers, au CRAP 207 (Centre de rassemblement et administration du personnel n°207) de Tours. Beaucoup d’officiers vont aux bases-écoles de Cazaux et Cognac. D’autres – les moniteurs – partent à la 40e escadre de liaison aérienne, et plus précisément à l‘escadrille de présentation, future EPAA 58, c’est-à-dire la Patrouille d’Étampes. Enfin, les mécaniciens restent à l’Atelier de réparation de Tours.

Commandant Ernest Louis

Du 1er juillet 1947 au 30 juin 1949. Né le 18 juin 1906 à Pierre-Fontaine-lès-Blamont (Doubs) a été boursier, à l’école de pilotage du Crotoy en 1925. Il a été affecté au 11e RAB puis à la 52e escadre de Dijon. Il est au GAO 507 – l’ancien GAR de Belfort désormais installé à Luxeuil – au début du conflit. Il effectue la première mission de guerre du GAO 507, sur Mureaux 115. En reconnaissance sur l’axe Attigny-Vouziers, le 20 mai 1940, son Potez 63.11 (n°440) est pris en chasse par six Bf 109. Blessé par des éclats de verre, il réussit à se poser en campagne. Mais il est fait prisonnier par les Allemands ainsi que son radio (sous-lieutenant Bikowetz) et son mitrailleur (adjudant-chef Liebert) qui avait été également blessé. C’était sa vingt et unième mission. Après un passage à Aix-en-Provence, le capitaine (puis commandant) Ernest Louis à Tours le 17 septembre 1945. Il est affecté, à la dissolution de la base-école 704 de Tours le 1er septembre 1947, au Détachement de base aérienne n°109 (DBA 109) de Tours qu’il va commander. Ce qui reste de la base est directement administré par le CRAP 207. Il est nommé commandant le 1er avril 1948. Il est atteint par la limite d’âge en 1950. Il a été nommé colonel de réserve en 1954.

Le shah d'Iran avec le capitaine Louis

Le shah d’Iran passe les troupes en revue, avec le capitaine Louis, à Tours en aôut 1948. C’est le poste de commandement de l’ancienne 51e escadre qui accueille une tour de contrôle encore provisoire. (Famille Louis via F. Louis-Béchade)

Colonel Robert Rochard

Du 1er juillet 1949 au 7 novembre 1951. Né le 7 septembre 1897 à Paris. C’est sous son commandement que les installations sont redevenues « Base aérienne 109 ». Lorsqu’il succède au lieutenant-colonel Roger Bénard (qui était venu à Tours avec l’école de pilotage de Châteauroux qu’il commandait), c’est encore le CRAP 207 et le passage de témoin se fait à la caserne Baraguey-d’Hilliers et non à Parçay-Meslay. C’est le dernier non-chasseur à la tête de la base. Quant au terrain, il le connaît pour y être passé deux fois : au 1er régiment d’aviation d’observation, au début de 1920 ; puis en juin 1940, après que son unité – le GAO 502 – a été étrillée, il l’a reconstituée à Vouvray.

Colonel Raymond Clausse

Du 8 novembre 1951 au 18 mai 1956. Né le 27 février 1913 à Villers-la-Chèvre (Meurthe-et-Moselle), décédé le 25 mai 2003. Capitaine en 1939 au GC 2/3 puis, à la fin de la guerre, au GC 3/6 qu’il commande. C’est lui qui est resté le plus longtemps à la tête de la base aérienne de Tours. C’est sous son « règne » qu’a eu lieu la renaissance de la base aérienne avec l’arrivée du groupe de chasse de nuit « Lorraine » en 1952 puis, en 1953, des premiers avions à réaction, avec la constitution de la 30e escadre de chasse tout temps. Il est ensuite passé à l’état-major de la Défense aérienne. Général de brigade en 1960. Dans la chasse, tout le monde connaît Raymond Clausse, même sans le savoir. Le 3/6 est le personnage central de la bible des pilotes de chasse de Marc Lissy « Chasseurs, mes frères », sous le nom de « Prestigieux ». Dans ce livre, Raymond Clausse est « le Patron ».

Clausse, Basset et Maurin

Cérémonie de changement de commandant, le 10 août 1956, à la base aérienne : au centre, le général Basset, commandant la 3e RA. A gauche, Raymond Clausse, à droite Philippe Maurin.

Colonel Philippe Maurin

Du 9 août 1956 au 18 mai 1958. Son père a été général et ministre de la Guerre. Pilote de chasse, au GC II/1 en 1940. Il est abattu et grièvement brûlé le 14 mai 1940 à Dinant, dans les Ardennes belges. Il passe d’ailleurs par l’hôpital de Tours où il est soigné. Commandant du GC 1/4 Navarre, il est abattu une seconde fois, en 1944, en Alsace. Il est fait prisonnier. Général d’armée aérienne, chef d’état-major de l’armée de l’air, il a tenu à venir à Tours pour son dernier jour d’activité, le 12 décembre 1969, réunissant du mess du Grand-Colombier plusieurs de ses anciens collaborateurs.

Colonel André Fouchier

Du 19 mai 1958 au 7 février 1961. Né le 9 janvier 1918 à Melle (Deux-Sèvres). École de l’air 1937, promotion « Commandant Mézergues ». Il a participé à la bataille de France, en 1940, au GC 3/3. A la fin de la guerre, il est au GC 2/7 qu’il commande en 1947. Il a également dirigé la 2e escadre de chasse, à Dijon. Il a terminé sa carrière au grade de général de division aérienne.

Colonel Jacques Guillemin de Monplanet

Du 2 février 1961 au 18 juin 1963. Né le 16 juin 1918, à Montmorillon (Vienne). Commandant du Normandie-Niemen en Indochine. C’est sous son commandement qu’est arrivée l’École de chasse, de Meknès, et que la base a pris le numéro qu’elle a encore aujourd’hui : 705.

Colonel Claude Godde

Du 19 juin 1963 au 5 septembre 1966. Né le 24 avril 1918 à Lyon, décédé le 2 juin 2005. École de l’air 1938, promotion « Lieutenant-Colonel Mailloux » (décédé à Tours en avril 1939). Il a participé au conflit en Indochine, au groupe de chasse 1/8. Il a également commandé la 6e escadre de 1954 à 1956. Si la base aérienne ne manque pas d’espaces verts, c’est à lui qu’elle le doit. Il a obtenu, à ce titre, le mérite agricole… C’est également sous son commandement que la base a été baptisée « Commandants François et Jean Tulasne ».

Colonel Gérard Chovet

Du 6 septembre 1966 au 12 septembre 1968. Né 21 avril 1921 à Firminy (Loire), décédé le 22 août 2007. École de l’air 1942, promotion « Commandant Tricaud ». Il a été formé aux États-Unis. Il est notamment allé en Algérie au sein de l’EROM 80.

Colonel Pierre Birden

Du 13 septembre 1968 au 6 septembre 1970. Né le 22 mars 1925 à Suresnes. École de l’air 1945, promotion « Commandant Marin-la-Meslée ». A été attaché de l’air à l’ambassade de France à Washington. Après un passage au 2/9 Auvergne, il a commandé le 1/9 Limousin, avant de venir à Tours.

Colonel Jacques Foncelle

Du 7 septembre 1970 au 8 septembre 1972. Né le 22 mars 1925, décédé le 23 mars 2002. École de l’air 1945, promotion « Commandant Marin-la-Meslée ».

Colonel Jean-Paul Salini

Du 9 septembre 1972 au 8 juillet 1974. Né le 7 janvier 1929. École de l’air 1948, promotion « Capitaine Brachet ».

Le colonel Salini

Le colonel Salini reçoit des vétérans américains, en octobre 1972.

Colonel Jean Thépin

Du 9 juillet 1974 au 8 juin 1976. Né le 15 août 1929. École de l’air 1950, promotion « Commandant Schloesing ».

Colonel Yvan Malaganne

Du 9 septembre 1976 au 15 mai 1978. Né le 16 décembre 1932. École de l’air 1952, promotion « Colonel Dartois ».

Colonel Guy Cassagne

Du 16 mai 1978 au 4 septembre 1980. Né le 28 avril 1934. Décédé le 27 juin 2004. École de l’air 1954, promotion « Commandant Héliot ».

Yvon Bourges, le colonel Cassagne et le général Vaujour lors de la réception officielle des Alphajet à Tours.

Colonel Georges Lacaze

Du 5 septembre 1980 au 16 septembre 1983. Né le 23 août 1934. École de l’air 1956, promotion « Lieutenant Lê Cong ».

Colonel Paul Vericel

Du 17 septembre 1983 au 22 mai 1985. Né le 10 février 1938. École de l’air 1958, promotion « Louis Blériot ».

Colonel Jean-Pierre Gillet

Du 23 mai 1985 au 31 août 1987. Né le 17 juillet 1940. École de l’air 1962, promotion « Capitaine Martin ».

Colonel Michel Gachelin

Du 11 septembre 1987 au 31 août 1989. Né le 21 janvier 1943. École de l’air 1962, promotion « Capitaine Martin ».

Colonel Daniel Carrasco

Du 1er septembre 1989 au 3 juillet 1991. Né le 10 juin 1944. École de l’air 1965, promotion « Commandant de Tricornot de Rose ».

Colonel Pierre André

Du 4 juillet 1991 au 30 juin 1993. Né le 28 janvier 1947. École de l’air 1967, promotion « Capitaine Péronne ».

Colonel Dominique Simon

Du 1er juillet 1993 au 30 août 1995. Né le 8 août 1949. École de l’air 1970, promotion « Général Delfino ».

Colonel Pierre Auffret

Du 31 août 1995 au 29 août 1997. Né le 28 décembre 1950. École de l’air 1973, promotion « Capitaine Marchal ». C’est sous son commandement que la base accueille le pape Jean-Paul II lors des célébrations en l’honneur de saint Martin de Tours.

Colonel de Malezieu

Du 30 août 1997 au 5 septembre 2000. Né le 14 janvier 1953. École de l’air 1974, promotion « Commandant Brunaud ».

Colonel Pierre Puget

Du 6 septembre 2000 au 9 septembre 2003. Né le 4 janvier 1956. École de l’air 1976, promotion « Capitaine de la Motte ».

Colonel Paul Ragon

Du 10 septembre 2003 au 30 août 2006. Né le 28 septembre 1957. École de l’air 1979, promotion « Capitaine Caroff de Kervezec ».

Colonel Thierry Duquenoÿ

Du 1er septembre 2006 au 29 juin 2009. Né le 12 juin 1962. École de l’air 1982, promotion « Général d’Harcourt ».

Colonel Pascal Delerce

Du 30 juin 2009 au 31 août 2011. Né le 2 juin 1964. École de l’air 1985, promotion « Général Houdemon ». C’est sous son commandement qu’a débuté la mise en place de la base de défense (interarmes) et que l’École de chasse a fêté ses 50 ans de présence à Tours.

Colonel Bernard Lebrun

Du 1er septembre 2011 au 5 septembre 2013. Né le 20 décembre 1964 à Rennes. École de l’air 1985, promotion « Général Dorance ». C’est sous son commandement que la base aérienne de Tours a participé pour la première fois aux Journées européennes du patrimoine, en 2012.

Le colonel Bernard Lebrun. (Photo BA 705)

Colonel Cyrille Duvivier

A partir du 5 septembre 2013. Né le 6 avril 1970 à Toulouse. École de l’air 1990, promotion « Lieutenant Poznanski ».

En savoir plus

Lire également : Les commandants de Tours avant 1934 (1919-1933)

 

Laisser un commentaire