Sites associés

Aéroforums

Aéroplane de Touraine est adhérent des Aéroforums, indispensable lieu d'échanges sur l'aviation.

31e escadre de bombardement

Équipages dans la tourmente

Le site de Vincent Lemaire sur la 31e escadre, de 1937 à 1942.

Dans le ciel de la Touraine en 1927

Le Potez 25 n° 3 à Tours

5 janvier 5 minutes de vol, altitude atteinte 600 m, c’est le premier vol effectué par le lieutenant William Hostein sur le Potez 25 n° 3, à Tours. William Hostein commande la section d’entraînement du 31e régiment. Il emmène, en place arrière, le capitaine Prat. Selon son carnet de vol, William Hostein a volé encore deux fois le même mois sur ce Potez 25 n° 3 : le 10, avec le capitaine Hervieux puis avec le lieutenant Sutter. Deux fois dix minutes. Il poursuit ses vols sur le n° 3 en mai, avec d’autres officiers : le capitaine Mallet (6 mai), le capitaine Beaulaton (le 12), le commandant Canonne (le 18 pour un « arbitrage de mission ») et le commandant Maurice de la Morlais (le 24). En revanche, le 12 mai, c’est le colonel Voisin qui a tenu le manche à balai. Le Potez 25 va remplacer le Potez 15 comme avion d’armes.

 

Le Potez 25, indissociable de l'histoire du 31e régiment. (Didier Lecoq)

Jeu de chaises musicales à la tête du 31e

10 janvier Joseph Tulasne s’en va, André Voisin arrive. Les deux colonels échangent leurs postes. Voisin vient à Tours et Tulasne part à l’état-major de l’armée, à Paris.

Barès à Tours

11 janvier Nouvelle inspection du général Barès qui commande la 2e division aérienne. Il vient notamment assister aux essais « du nouvel avion dont va être doté notre régiment », annonce la Touraine Républicaine, « avion moderne qui permettra de toucher n’importe quelle frontière sans escale ». C’est le Potez 25.

De Goÿs à Tours

9 février La 6e brigade a un chef. Il s’agit du général de Goÿs de Mézeyrac qui remplace le colonel de Marancour, intérimaire.

Willy Coppens à Parçay-Meslay

22 avril L’as belge est à Tours pour visiter les pays de la Loire. Il a pu croiser Pelletier-Doisy, de passage également. Incident lors de son départ vers Le Bourget, il a perdu une roue au décollage. Tours a prévenu Le Bourget pour éviter un accident.

La Dépêche et l’Oiseau Blanc

10 mai Comme d’autres journaux parisiens, la Dépêche, dans ses premières éditions, annonce l’arrivée victorieuse de Nungesser et Coli aux États-Unis. Une fausse nouvelle qui n’est pas reprise dans les dernières éditions.

Atterrissage forcé

16 mai Le lieutenant Regnault et l’adjudant Delatouche, sur Farman Goliath, qui participent à la coupe Military Zenith, se font une frayeur. Sans doute ne connaissaient-ils pas le terrain. Ils se posent en limite de celui-ci, près d’une maison. L’appareil est abîmé et les deux aviateurs abandonnent.

Un dimanche à la 11e escadrille

 

Le 20 mai, la 11e escadrille a encore des Potez 15. (Collection Vincent Lemaire)

Le texte de la carte postale ci-dessus. (Collection Vincent Lemaire)

Pinsard dans un champ de blé

2 juin Le commandant Armand Pinsard, du 34e régiment, est victime du mauvais temps, en rentrant de Mérignac à Paris. Il pilotait le Nieuport 29 (moteur 300 HP) n° 931 qui avait une cigogne peinte sur le côté gauche du fuselage. C’est un orage qui le contraint à atterrir, à Fayette, près de Sainte-Maure-de-Touraine. Le pilote s’en sort mieux que l’avion.

Quand les Anglais fréquentaient (déjà) Parçay-Meslay

14 juin Les Anglais n’ont pas attendu Ryanair pour venir à Tours. Cet après-midi-là, c’est le Wing Commander Smyth-Piggott, attaché de l’air à l’ambassade de Grande-Bretagne à Paris, qui atterrit.

Gustave Duroyon entre en lice

18 juin Le 31e RA a un renfort de choix. L’adjudant Duroyon, intégré à ce régiment, a en effet remporté la coupe Breguet en 1926. En 1927, sous les couleurs du 31e, il participe à la coupe Michelin. Première tentative et échec, avec un abandon entre Bordeaux et Cazaux.

Encore un Nieuport de Châteauroux cassé

20 juin Un Nieuport de Châteauroux, qui vient à Tours pour participer à des manœuvres avec le 31e régiment au-dessus de Châtillon-sur-Indre, manque de percuter un hangar en atterrissant. Il l’évite mais s’écrase un peu plus loin. Le sergent Cieuta sort indemne mais son avion est détruit.

Deux escadrilles à Cazaux

Le capitaine Lanson.

25 juin Nouveau séjour de deux escadrilles du 31e RA, à Cazaux, pour s’entraîner au tir aérien. Le groupe, dirigé par le commandant Canonne, compte dix-huit avions avec le capitaine Lanson (en photo ci-contre) et le capitaine Prat comme chefs d’escadrille. Canonne et Lanson ont un Potez 25. Les autres, des Potez 15. C’est la première sortie des Potez 25.

Henry Potez dans une ornière

8 juillet Henry Potez dont le Potez 25 commence à équiper le 31e RA, vient à Parçay-Meslay pour rencontrer le colonel Voisin. Il est piloté par René Labouchère. Mais l’avion est victime d’une rigole. Il se met en pylône. Bilan, une lèvre tuméfiée pour René Labouchère.

Obsèques d’un aviateur tourangeau

La tombe d'André Jaloustre, en 2009.

9 juillet Le caporal André Jaloustre, victime d’un accident d’avion le 5 juillet à Pau, appartenait au 36e régiment d’aviation. C’était un jeune pilote puisqu’il avait le brevet n°21.300 du 15 décembre 1926. Son avion – un Breguet  14 ou un Potez 15 – est parti en vrille à basse altitude. Il était membre de l’Aviation-Club de Touraine, où il s’était notamment occupé des pupilles. Ses obsèques ont lieu à Tours, au cimetière La Salle.

Victor Lasalle entre en course

24 juillet Le 17 février 1920, le lieutenant Lasalle a effectué son premier vol en double commande sur un Caudron G 3 avec l’adjudant Foiny. Le 11 janvier 1927 il effectue son premier vol sur Potez 25 (le n° 3) comme passager du capitaine Hervieux. Après la mort de Foiny et l’arrivée de Duroyon, le lieutenant Lasalle se lance dans la compétition. Du 21 au 24 juillet, il participe à la coupe Breguet : quatre voyages Le Bourget – Metz – Le Bourget en quatre jours. Cinq heures par jour. Sa moyenne générale est de 207,935 km/h. Il pilotait alors le Potez 25 n° 13 et le mécanicien Labaisse l’accompagnait.

Les pigeons lâchés d’un avion

24 juillet Pilote et colombophile. Pas étonnant que l’adjudant-chef Joseph Jaunay ait eu envie de marier ses deux passions. Mais dans le cadre de son métier. Il effectue donc des lâchés de pigeons en compagnie d’un sapeur colombophile, le sergent Vialle.

Girod de retour à Tours

6 août Le général Girod, président de la commission de l’armée à l’Assemblée, s’arrête à Tours sur la route des Sables-d’Olonne. Il est déjà venu à Tours, en août 1916, pour la première inspection de l’école militaire d’aviation.

Atterrissage forcé à Vernou

9 août Le capitaine Laganne se pose sans difficultés et sans casse près de Vernou, en raison d’une panne. Laganne n’appartient pas au 31e RA mais à l’état-major de la 9e brigade, à Tours. Il utilisait un Nieuport 29.

Sorties en nombre au 31e

Fin août Avec l’arrivée du Potez 25, le 31e RA allonge son rayon d’action. Et surtout son activité. Entre le 17 et le 22, six équipages de la 12e escadrille du groupe d’observation n° 3 (commandant Blaizot), effectuent un tour de 3.200 km en passant par Abbeville, Villacoublay, Saint-Inglevert, Thionville, Metz, Saverne, Mayence (en Allemagne), Strasbourg, Belfort, Dijon, Istres, Toulouse, Pau et Bordeaux. Le tout dans des conditions atmosphériques épouvantables. Quelques jours plus tard, l’adjudant-chef Duroyon abandonne à Dijon lors de la coupe Breguet (avion en feu) et la 14e escadrille (capitaine Lanson) part pour un mois en manœuvres à Coëtquidan en remplacement de celle du capitaine Ledot. Et quelques jours après son tour de France, le capitaine Morisseau et son escadrille partent à La Courtine, pour un mois, pour les manœuvres de la 9e région.

Mort à domicile

13 septembre Un jeune élève-pilote militaire, M. Mercier, vient mourir à 400 m de chez ses Parents, à Pont-Cher (quartier de Tours aujourd’hui). Élève de l’école d’Angers, il était à Tours depuis plusieurs jours. Gravement brûlé, il décède à Saint-Gatien. Il avait débuté à l’Aviation-Club de Touraine.

Le quartier Tulasne sort de terre

Début octobre Fini les baraquements en bois construits en 1918 et 1919 par les Américains. Les sous-officiers aviateurs vont loger dans le dur. La caserne des sous-officiers célibataires vient de sortir de terre. Le mess et les bâtiments pour la troupe vont bientôt commencer. Ainsi naît ce qui deviendra, deux ans plus tard, le quartier François-Tulasne.

Un avion du 31e se brise en Anjou

7 octobre Un Potez 15 avec, à son bord le sergent Maurice Quémener et le sergent Jean Allayrat, de la 15e escadrille (Spa 42) effectue un atterrissage forcé près de Fougeré. Un avion cassé et un sergent légèrement blessé. Ils rentraient de Coëtquidan.

Relations publiques pour les pupilles

16 octobre Quatre-vingts pupilles de la Nation visitent le camp d’aviation. Ils sont guidés par le lieutenant Delaître, officier contrôleur du parc 31. Certains ont droit à un baptême de l’air sur un avion de la Compagnie Aérienne Française.

Cap à l’est pour Duroyon et Lasalle

Victor Lasalle.

Du 30 octobre au 8 novembre Les deux pilotes de pointe du 31e RA sont associés pour un raid Tours – Varsovie et retour qu’ils accomplissent en 29 h 40 minutes de vol. Ils utilisent alors le Potez 25 n° 38. Ils étaient allés chez Potez, à Méaulte, avec cet avion, sans doute pour le faire vérifier chez le constructeur. Ce voyage a eu lieu les 26 et 27 octobre. Lasalle conservera cet avion par la suite. Il est alors adjoint du commandant Le Bihan au Parc 31. Ce voyage a été effectué à la demande du ministère de la Guerre pour faire la propagande du Potez 25, en Pologne mais également en Tchécoslovaquie, avec des démonstrations à Varsovie et Prague. Un voyage un peu plus long que prévu en raison du mauvais temps sur l’Europe centrale.

Conférence et projection au Majestic

14 novembre Au programme de la soirée de gala de l’Aviation-Club de Touraine, le colonel Muiron qui parlera de « La Touraine à vol d’oiseau » et le commandant Weiss qui traite des progrès de la navigation aérienne. Un film, « Vers le Tchad » est projeté. Il raconte le raid de Vuillemin, Pelletier-Doisy et De Goÿs.

Challenge inter-escadrilles

6 décembre Traditions obligent, les escadrilles du 31e régiment se sont affrontées. Mais cette fois, le classement ne sera pas donné aux journaux. Il est vrai que le régiment est assis… entre deux avions.

Une réponse à to “Dans le ciel de la Touraine en 1927”

  • fournous:

    recherche information ou photo sur le capitaine COUSSE Gaston pilote
    a la onzieme escadrille de mayence en 1927, ( boret31 @ free .fr )
    Merci.
    1928 LATECOERE, 1930 ECOLE DAVORD ,1936 ECOLE D’ETAMPES,1947 base de Aulnat,1950 commande l’escale aerienne deSaigon,1952 commande la compagnie 1/145 a Colombechard,1953 quitte l’armée de l’air.

Laisser un commentaire