Sites associés

Aéroforums

Aéroplane de Touraine est adhérent des Aéroforums, indispensable lieu d'échanges sur l'aviation.

31e escadre de bombardement

Équipages dans la tourmente

Le site de Vincent Lemaire sur la 31e escadre, de 1937 à 1942.

Dans le ciel de la Touraine en 1922

Un nouvel aéro-club en Touraine

3 février L’Aéro-Club de Touraine, créé en 1908 (association loi 1901 n° 184 du 25 novembre 1911), n’est plus seul. En février se crée l’Aviation-Club de Touraine, autour d’anciens aviateurs de la Première Guerre mondiale. La première réunion se tient à l’hôtel de l’Univers, à Tours. L’Aviation-Club est inscrit en préfecture (loi de 1901) sous le numéro 406, le 11 février 1922.

Henri Hay de Slade perd sa mère

2 mai Décès de la mère d’Henri Hay de Slade, Louise de la Saigne de Saint-Georges, à son domicile, à Tours. La cérémonie religieuse se déroule en l’église Métropolitaine de Tours, le 5 mai. L’inhumation a lieu à Derval (Loire-Inférieure).

Accident mortel d’un Tourangeau à Avrillé (49)

24 mai Pierre Teillard, dont la famille demeure à Saint-Pierre-des-Corps, trouve la mort dans un accident, à l’école d’aviation d’Angers (Avrillé). Son Nieuport 23 m s’est écrasé, sans doute à la suite d’une perte de vitesse. Difficile, compte tenu des témoignages, d’être plus précis. Pierre Teillard était âgé de 19 ans.

Memorial Day

30 mai Le cimetière américain ne compte plus qu’une tombe, celle de Franck Elmer Starrett, qui avait trouvé la mort à Pontlevoy, le 3 janvier 1918, alors qu’il était élève de l’école d’aviation de Tours. Il a eu droit à l’hymne national américain, pour lui tout seul. Franck Starrett était le fils du fondateur d’une entreprise qui existe toujours, spécialisée dans l’outillage de précision : LS Starrett Cie à Athol, dans le Massachusetts. Le discours est fait par le général Niessel qui commande le 9e corps d’armée.

Un mitrailleur du 31e tombe d’un avion

15 juin Accident aussi rare qu’étonnant. Le soldat Henri Rouer, mitrailleur, trouve la mort en tombant d’un avion du 31e RAO. Après avoir quitté Parçay-Meslay pour Villacoublay, le sergent Durand a dû faire une halte en Eure-et-Loir, à la suite d’une panne. C’est après avoir redecollé que l’accident s’est produit. L’avion est-il reparti avant que le mitrailleur soit bien installé à sa place ? Ou s’est-il passé autre chose ? Toujours est-il que le soldat Rouer est tombé de l’avion, décédant sur le coup. Il était originaire d’Argenton-sur-Creuse, dans l’Indre.

L’armée menace de déménager le 31e régiment

26 juin Partira, partira pas ? Le ministre de la Guerre envisage de déménager le 31e régiment, sans doute à Poitiers, faute d’une subvention de la ville de Tours. C’est du moins ce que dit la Touraine Républicaine, citant Charles Vavasseur, représentant de la droite tourangelle. Camille Chautemps, pour la gauche, dément. Selon lui, le conseil municipal a donné son accord pour subventionner l’aménagement des locaux nécessaires au logement des troupes. La Dépêche attribue l’envoi de cette lettre à un défaut de coordination au ministère de la Guerre. Effectivement, le 31e régiment restera à Tours.

Visite du maréchal Fayolle

29 juin Le maréchal Fayolle vient inspecter le 31e RAO. Plusieurs autres généraux sont présents, à l’occasion d’exercices de cadres d’armée.

Le 31e aux meetings d’Angers…

Augustin Gonnet

15 juillet Des accessits pour le 31e régiment au meeting d’Angers. Les militaires tourangeaux terminent dans cet ordre : 5e, sergent Rousset; 6e, lieutenant Gonnet; 8e, adjudant Foiny; 9e, adjudant Sèvre; 10e, lieutenant Chrétien; 11e, lieutenant Laforge. Dans le classement général par régiment, la 1re escadrille du 31e se classe deuxième avec une moyenne de 142 kilomètres à l’heure ; la 3e escadrille, quatrième, avec 117 kilomètres à l’heure.

… et de Nantes

22 juillet Le récital de l’adjudant Foiny a commencé. Pendant plusieurs années, il va se signaler dans le ciel de la Touraine. Et ailleurs. Lui et le lieutenant Gonnet participent au meeting de Nantes, organisé par l’Aéro-Club de l’Atlantique. A leur programme : looping, descente en vrille, feuille morte, etc. Ils volent alors sur Breguet 14 A2.

Un Lochois se tue en Espagne

26 juillet Un Lochois, M. de Courson de Villeneuve trouve la mort dans l’accident d’une limousine Breguet des Lignes Latécoère – sans doute un Breguet 14T –, près de Guadix en Espagne. Administrateur civil, il rejoignait le maréchal Lyautey qui se trouvait alors à Paris. L’appareil était piloté par Méchin. Un troisième passager est mort dans l’accident.

Après Fayolle, Pétain

1er août Le maréchal Pétain. Il est à Parçay-Meslay pour inspecter le régiment. Le général Niessel était présent.

Un élève tourangeau se tue au Bourget

6 août Décidément, 1922 est une mauvaise année pour les élèves pilotes de Touraine. Cette fois, c’est à Orly que se déroule le drame. André Vigneron, 19 ans, dont la famille demeure rue Eugène-Süe, à Tours, est victime d’une chute. Il est décédé sur le coup.

Le festival Foiny commence

12 août C’est parti pour les raids de l’adjudant Foiny. Ce samedi-là, il effectue un raid de 2.000 kilomètres, de Parçay-Meslay à Parçay-Meslay, en passant par Le Bourget, Dijon, Lyon, Istres et Pau. Il pilotait un Breguet XIV, moteur Renault 300 HP. Il est parti à 3 h de Parçay-Meslay, y revenant à 20 h 25. Son voyage a été retardé par le brouillard. Il était accompagné par un jeune mécanicien, le sergent Belin.

Cours du soir chez le lieutenant Gonnet

20 août L’Aviation-Club de Touraine a rapidement mis sur pied des formations techniques pour ceux qui s’intéressent à l’aviation. Le 20 août, c’est au domicile du lieutenant Gonnet, 21 rue des Ursulines, à Tours, qu’elles ont lieu.

Haegelen à Bourgueil

21 août Bourgueil accueille un meeting. Un seul avion, un seul pilote, mais pas n’importe lequel : il s’agit de Marcel Haegelen, as de la guerre (21 victoires), sur un Hanriot HD-1.

Deux morts à Parçay-Meslay

24 août 1922 est une année vraiment difficile pour les aviateurs de Touraine. Encore un accident mortel. C’est cette fois le 31e régiment qui est touché. Deux aviateurs effectuaient des exercices de TSF sur un Breguet 14. En plein vol au-dessus du camp d’aviation, l’avion a pris feu. L’adjudant Colas et l’élève électricien Coni sont morts dans l’accident. Le premier était originaire de Poitiers, le second de Montmorillon, dans la Vienne. Ils sont tombés dans une pièce de vigne appartenant à M. Champion, au lieu dit La Charonnerie.

Le 31e au Bourget

Maurice de la Morlais

13 novembre Le 31e régiment participait au Military au Bourget. Problème pour le 31e régiment, une panne au départ, a privé son escadrille d’un de ses six candidats. L’adjudant Foiny y a devancé tout le monde, y compris les chasseurs sur 40 km : « En volant à moins de 25 m, sous la brume ». Les Tourangeaux terminent dans cet ordre : Adjudant Foiny (14 min 31 sec 2/5), capitaine Bollon (14 min 59sec 3/5), capitaine Genest (15 min 11 sec), commandant Maurice de La Morlais (16 min 23 sec 2/5) – sur la photo –, capitaine Alban Carmagnat (21 min 11 sec 2/5).

Conférence au Théâtre Français

17 novembre En échauffement du meeting de Tours, une conférence sur l’aviation a lieu au Théâtre Français. Elle est tenus par le comte Henri de la Vaulx, vice-président de la Ligue aéronautique française. Le thème : « Pour le développement de l’aviation civile ». Des projections cinématographiques clôturent cette conférence : « Le XIe Grand Prix de l’Aéro-club de France », « Atterrissage du Méditerranée », « Descente en parachute de Mlle Jacquard », « L’Aviette Poulain », « Hélicoptère Pescara ».

Meeting de Tours à Parçay-Meslay

19 novembre Finalement, le meeting organisé par « La Publicité aérienne » et l’Aviation-Club de Touraine n’a pas lieu à la Gloriette, dont le terrain est en mauvais état, mais à Parçay-Meslay, malgré un appel au boycott de la Touraine Républicaine. Ce journal y voyait une propagande bolchevique, un des « sponsors » étant le journal Le Merle Blanc, concurrent alors du Canard Enchaîné. Y participent les pilotes du 31e RA avec notamment l’adjudant Foiny (sur Sopwith), le lieutenant Gonnet, sur Salmson 2 A2, l’escadrille 7 du capitaine de Langlade (aussi sur Salmson) et le capitaine Simon. Côté civil, la vedette est Fronval sur Caudron C 59, le spécialiste de la voltige ; et Ledeuil, ancien pilote des Cigognes, qui sacrifie au traditionnel spectacle de saut en parachute. Avec Romaneschi, bien sûr, mais aussi Liane d’Arcy, 19 ans, dont c’est le premier saut. La journée s’est terminée par un accident, sans gravité, du lieutenant Gonnet à l’atterrissage. Ce meeting est l’occasion pour Guillaume Busson de voler « à la maison ».

 

Le Salmson 2 A2 de Gonnet après s'être posé sur Ledeuil. (Aéro-club de Touraine)

En savoir davantage sur le meeting

Un pilote de chasse amboisien victime d’un accident
Maurice Delépine

Maurice Delépine.

21 novembre 1922 En rentrant du Bourget à son terrain de Thionville avec un Nieuport 29, l’adjudant-chef Maurice Delépine (1er régiment d’aviation de chasse) trouve la mort à Châlons-sur-Marne. Maurice Delépine était né à Saint-Denis-Hors, commune depuis absorbée par Amboise. Il était clerc de notaire avant la guerre. Ses parents, vignerons, demeuraient alors à Dierre. Après avoir commencé la guerre au 66e RI de Tours, il était passé dans l’aviation en 1917, passant son brevet de pilote en juillet. Affecté à la fin de l’année à l’escadrille Spa 62, il a remporté deux victoires en 1918 : le 7 juillet et le 7 août. Il a terminé la guerre avec six citations.

Un soldat blessé par une hélice

15 décembre Bras fracturé pour un soldat du 31e régiment, Maxime Ferron. L’accident s’est déroulé lorsqu’il a lancé l’hélice de l’avion du commandant Magnin (de Villacoublay) en panne à Villedômer.

Laisser un commentaire