Sites associés

Aéroforums

Aéroplane de Touraine est adhérent des Aéroforums, indispensable lieu d'échanges sur l'aviation.

31e escadre de bombardement

Équipages dans la tourmente

Le site de Vincent Lemaire sur la 31e escadre, de 1937 à 1942.

Dans le ciel de la Touraine en 1930

La fête de l’Aviation-Club

15 janvier L’Aviation-club de Touraine organise une grande fête au Sélect-Cinéma. Deux films sont projetés : « Nos aviateurs » et « Marcel Doret dans ses acrobaties ». Une conférence sur l’histoire de l’aviation est donnée par le capitaine Challande, du 31e régiment.

Dernier hommage à Victor Lasalle

Lasalle, Rébard et Faltot, les trois aviateurs qui ont trouvé la mort en Libye. (Didier Lecoq)

1er février Les obsèques de Victor Lasalle sont célébrées en la chapelle de l’église de Saint-symphorien. Il s’agit de la troisième cérémonie après celle à Tripoli (Libye), début janvier, et à Paris, la veille. Une foule impressionnante y assiste. Les cordons du poêle sont tenus par les capitaines Ledot, Buisson, Rouquillaud et Mainguy. L’Aviation-Club ayant lancé une souscription pour élever un monument commémoratif, une quête est faite à l’église par Mmes Ledot, Plaisance, Rouquillaud et Marrec.

Lemaître rentre de Bolivie

5 février Henri Lemaître est de retour en France après un séjour mouvementé en Bolivie pour le compte de Breguet qui avait vendu des 19 à l’armée bolivienne. Au rang des péripéties : deux mois d’hôpital après un atterrissage manqué d’un de ses élèves ; une semaine d’errance dans le Chaco après un atterrissage forcé. Et même une mission de bombardement – au moins – lors de la guerre entre la Bolivie et le Paraguay.

Antoinat prend ses fonctions

18 février Nommé commandant par intérim en remplacement du colonel Voisin, parti au Service historique de l’armée, le lieutenant-colonel Antoinat (du 34e régiment du Bourget) prend officiellement ses fonctions. Une cérémonie a lieu au terrain d’aviation, cérémonie dirigée par le commandant Salmon, major du régiment.

Des freins Messier sur les Potez 25

6 mars George Messier et René Lévy, le beau-frère de Maurice Farman, sont au terrain d’aviation pour effectuer des essais de freins sur les roues des Potez 25. George Messier est né à Monts, en Indre-et-Loire, le 23 avril 1896. Son père était, ingénieur chimiste, était directeur de la poudrerie du Ripault. Pour en savoir plus :

http://acam.asso.fr/histo/dirigeants1.php#Messier

Un court intérim

Marcel Jauneaud et ses adjoints.

26 mars A peine arrivé le lieutenant-colonel Antoinat est déjà reparti. Il est affecté eu 39e régiment d’aviation au Levant. Un intérimaire chasse l’autre. C’est le lieutenant-colonel Marcel Jauneaud qui assure le commandement du régiment. Sa première tâche : organiser la Fête du 31e RA prévue les 28 et 29 mai. Jusqu’à cette date, malgré les passages, les entraînements et les départs en manœuvres, l’actualité aéronautique de Touraine va vivre exclusivement au rythme de ce meeting.

La grand-messe de l’aviation

28 et 29 mai Une foule gigantesque pour la fête organisée par « Les Amis du 31e régiment ». Le but est double : tourner la page des accidents et venir en aide aux familles des aviateurs décédés. La grande famille de l’aviation resserre les rangs : Gustave Duroyon, qui a quitté l’armée pour Potez, et Henri Lemaître, avec le Breguet 27, sont là. Parmi les suites : le terrain va prendre officiellement le nom de « Aéroport de Tours-Saint-Symphorien » (c’est Parçay-Meslay qui n’est pas content) et les deux aéroclubs d’Indre-et-Loire vont fusionner. Promis, juré…

la BA 705 en 1930

La base aérienne en mai 1930 lors de la Fête du 31e régiment. (Collection Didier Lecoq)

Un groupe de plus

4 juin Le 31e régiment passe de trois à quatre groupes. Et donc de six à huit escadrilles. C’est le 1er groupe de reconnaissance qui se déplace de Mayence à Tours après le départ des forces françaises de Rhénanie. Le groupe, équipé de Breguet 19 A2, est dirigé par le commandant Wizen. La présentation au drapeau suit de trois jours l’arrivée du groupe. Il va travailler avec le GR 5, également groupe de reconnaissance. Non, mille fois non, ils ne formeront pas la 51e escadre. Quand le camp deviendra base aérienne et que le 31e RA deviendra 31e escadre, en 1934, le groupe de Mayence sera déjà loin.

Photo troublantes : les deux groupes de reconnaissance du 31e RAO, à Rochefort, le 23 juin 1930, sur le route de Cazaux : des Breguet 19 de la Sal 104, les Potez 25 des Spa bi 42 et Sal 39. (Didier Lecoq)

Encore un mort au 31e régiment

11 juin Le régiment de Tours pensait bien en avoir terminé avec les accidents et les disparitions. Le 4e groupe est pourtant touché par un nouveau décès lors du Military Zenith qui se déroule à l’occasion des journées nationales de Vincennes. Entre Thionville et Tours, un des Potez 25 de la 13e escadrille est victime d’ennuis mécaniques. Il veut se poser à Saran, au nord d’Orléans. Lorsque le moteur s’enflamme, l’adjudant-chef Vergnaud et le sergent-chef Bonafos doivent évacuer en parachute. Si le premier y parvient, Bonafos qui n’avait sans doute pas attaché le sien, n’a plus le temps de s’équiper et de sauter. Le sergent-chef Bonafos est inhumé quelques jours plus tard à Banyuls.

L’Angleterre en ballon

14 juin Non, il ne s’agit pas d’un voyage des aérostiers tourangeaux mais du palmarès du concours de ballons organisé lors de la Fête du 31e régiment. Le vainqueur est le n° 859, Guy Roy suivi du n° 860 (son frère sans doute), Bernard Roy. Le troisième est Robert Girard. Tous trois ont franchi la Manche.

Bourse de pilotage

14 juin Les règles pour l’attribution des bourses de pilotages ont été définies dans une circulaire.

Coupe Michelin

29 juin Sont de passage à Tours pour la Coupe, Haegelen, Paillard et Detroyat.

Des visiteurs

6 juillet Le rallye d’Auvergne passe à Tours où le pointage est organisé par l’Aéro-club de Touraine et le capitaine Maus pour le 31e régiment. Parmi les pilotes connus qui passent au terrain, Léna Bernstein (qui avait déjà fait une halte à la mi-juin), Delmotte, Japy… D’autres vont suivre cet été-là, pour d’autres voyages : Mauler et Knipping (drôle de tandem puisque Mauler rejoindra la Résistance pendant la guerre alors que Knipping, n° 2 de la Milice, sera exécuté), Assolant et Lotti, Villechanoux (Spad S-91), l’adjudant-chef Marchesseau et Pierre-Etienne Flandin le 13 ; Bailly et Reginensi le 3 août, Assolant et De la Cierva à bord de son autogire le 9.

Le Graf Zeppelin

18 juillet De retour d’une mission en Scandinavie, le Graf Zeppelin, commandé par Lehman, avec à son bord le général italien Nobile, passe au-dessus de Tours en regagnant le sud de l’Allemagne. Il survole de la mairie.

Gérard à la 3e division

20 août Le général Gérard est nommé au commandement de la 3me division dont le siège est à Tours.

Le futur général en mauvaise position

Michel Bouvard.

26 août Un Breguet 19 du 31e régiment qui s’entraîne au vol de nuit, capote à l’atterrissage et prend feu. Les secours arrivent à temps pour dégager le passager, le lieutenant Bouvard, indemne mais coincé sous l’avion. En revanche, l’adjudant-chef Tissier, souffre d’une fracture à une jambe après avoir été éjecté.
Un autre Breguet 19 de l’ancien groupe de Mayence sera victime d’un incendie début septembre avec les lieutenants Delorme et Coquin à bord. Là encore sans gravité.

Les voyages du 31e régiment

29 et 30 août C’est reparti pour un tour (de France) avec le tandem Richard – Fleuret (12e escadrille) qui, depuis 1928, sillonne le pays.
Du 4 au 7 septembre Le lieutenant-colonel Jauneaud, commandant par intérim le 31e régiment, effectue un raid en Potez 25 avec le sergent Hyron. Ils font escale à Lyon, Toulouse et Bordeaux.
Du 5 au 7 septembre Pendant que le chef du régiment accomplit son raid, le groupe Wizen part pour un tour de France. Il s’agit de six Breguet 19 A2 du groupe de reconnaissance n° 1 venu de Mayence. Ils font escale au Havre, à Saint-Inglevert, à Reims, Nancy, Dijon, Lyon, Saint-Raphaël, Montpellier, Toulouse et Bordeaux.

Un cadeau pour les mariés

12 septembre Les deux clubs – l’Aéro-Club de Touraine et l’Aviation-Club de Touraine – dont le mariage est programmé, annoncent l’achat d’un Potez 36 ainsi que d’un planeur. Une section vol à- oile sera en effet créée au sein de ce club, présidée par Maillocheau , libraire rue Nationale.

Meeting de la Gloriette

12 octobre Beaucoup de monde pour le meeting de la Gloriette, au bord du Cher, avec, en vedettes, Marcel Doret, Maurice Finat, Max Knipping, Mauler.

Meeting de Château-Renault

26 octobre 4 000 personnes y ont assisté selon les journaux. On y a retrouvé les pilotes de la SDA (Société pour le développement de l’aviation) : Finat, Knipping, Bois, Mauler, Thouin etc. Parmi les avions présentés : les Caudron F-AIBL, F-AIAR, F-AJMP, F-AJMQ, F-AITI et le Morane F-ADDE.

Costes et Bellonte à Tours

15 décembre L’année se termine en apothéose pour l’aviation tourangelle. Costes et Bellonte, qui ont réussi la première traversée est-ouest de l’Atlantique-Nord, sont de passage à Tours. Ils ne viennent pas avec le Point d’interrogation, retenu par un Salon, mais en Breguet 27. Ils ont quitté Gaël à 10 h 45. Après la réception au camp d’aviation, ils sont reçus à l’hôtel de ville de Tours et participent à un banquet à l’Univers avant un passage à la chambre de commerce. Charmante attention du garage Pichard : ils se déplacent dans Tours, à bord d’une Citroën Torpedo rouge sur laquelle est peint un point d’interrogation.

Du monde pour accueillir Costes et Bellonte à Tours. (Origine Léon Sutter)

Lasalle à La Salle

16 décembre Inauguration du monument élevé sur la tombe de Victor Lasalle, au cimetière La Salle de Tours.

La statue est l'oeuvre de Delpérier.

L’Union des aéroclubs de Touraine

22 décembre Les deux aéroclubs tiennent une assemblée générale commune au Palais du Commerce. Le docteur Jacques Métadier est élu président de l’Union. Tout le monde est content. En 1931, il n’y aura pas un aéroclub… mais trois.

Aviateur et cagoulard

29 décembre Avec la fin de l’année vient le temps des affectations et des promotions. Joseph Tulasne, qui a commandé le 31e RAO en 1925, est nommé général. Quant au colonel Duseigneur, il est nommé commandant provisoire de la brigade aérienne de Tours. Général, il se fera remarqué en 1937 lors du complot de la Cagoule, ce qui lui vaudra de connaître la prison.

Laisser un commentaire