Sites associés

Aéroforums

Aéroplane de Touraine est adhérent des Aéroforums, indispensable lieu d'échanges sur l'aviation.

31e escadre de bombardement

Équipages dans la tourmente

Le site de Vincent Lemaire sur la 31e escadre, de 1937 à 1942.

Dans le ciel de la Touraine en 1937

Le premier club para de Touraine

 

Maurice Grégoire.

7 janvier Les statuts du Parachut’Club Populaire des Ailes Tourangelles sont publiés au Journal officiel. Il s’agit du premier club chargé d’enseigner le saut aux civils. Le président est Maurice Grégoire. Premier cours le 6 mars, dirigé par Michelle Bellu, monitrice venue de Blois. Elle a passé son brevet le 23 novembre 1936.

Les premiers sélectionnés de l’aviation populaire

8 janvier Les premiers noms des élèves de la section d’aviation populaire reçus aux examens médicaux sont donnés : Cholet, Gabillon, Allain, Cottu, David, Lecharme, Lamoureux, Curtat, Béjeau, Bouguereau, Brageul, Hamont, Bossy et Delqueyroux.

C’est le général qui s’en va

12 janvier Quiproquo amusant dans la Dépêche. A l’occasion d’un adieu, sur l’aire de départ de la 31e escadre, le journal annonce que le général de Marancour salue pour la dernière fois le drapeau de la 31e escadre parce qu’elle s’en va. En fait, c’est le général de Marancour qui la quitte, atteint par la limite d’âge de son grade. Il commandait la 3e région aérienne.

Massenet Royer de Marancour est cité

18 janvier Le général de Marancour est cité par le ministre de l’Air, Pierre Cot. Marancour reviendra en 1939, guerre oblige.

Inspection de Sadi Lecointe

24  janvier Sadi-Lecointe est à Tours où il vient inspecter la section d’aviation populaire. Quarante jeunes sont déjà inscrits.

Décès d’Henri Le Tournir

29 janvier Les obsèques d’Henri le Tournir, décédé dans sa 52e année ont lieu en l’église Saint-Étienne de Tours. Henri Le Tournir est inhumé à Saint-Symphorien. Passionné d’aviation, il avait constitué une compagnie aérienne dont la perte a été causée par une tempête qui a détruit plusieurs de ses avions. Il a déposé un recours contre l’armée dont un Bessonneau abritait ses avions. En vain. Le Conseil d’État, dans un arrêt de 1938, lui donnera tort.

En mémoire à Mermoz

31 janvier Air Touraine s’associe à la journée en souvenir de Mermoz. La cérémonie se déroule dans le grand hangar de l’aéro-club. Un discours est prononcé par le général Muiron.

Débuts des travaux de l’aérogare

2 février Première acte visible dans la construction de l’aérogare avec le piquetage des fondations. Les travaux, dirigés par M. Lacape, vont donc pouvoir commencer.

L’aviation populaire un peu trop populaire à Tours

14 février Un appel est lancé pour la constitution, à Tours, d’une section féminine de l’aviation populaire. Elle veut prendre le nom de Club féminin Hélène Boucher « Jeune fille de France ». Elle se fait sous l’égide de la Fédération Tourangelle, 2 rue Albert-Thomas, à Tours. Ce qui provoque, rapidement, la réaction d’Air Touraine qui rappelle qu’il est le seul club agréé par le ministère de l’Air pour diriger la section d’aviation populaire. Cela n’empêchera pas cette Fédération Tourangelle d’annoncer, le 22 mars, la création d’un comité chinonais avec Georges Méner à sa tête.

Sur la route de l’Espagne

22 février Un Fokker trimoteur vert et rouge appartenant aux autorités espagnoles se pose à Parçay-Meslay à la suite d’une fuite d’huile. Le commissaire spécial a vérifié les papiers de la dizaine de passagers.

Un premier avion pour l’aviation populaire

19 mars Mise en service du Hanriot 161 de la section d’aviation populaire d’Air Touraine, immatriculé F-APPB. Il est immobilisé du 12 août au 9 octobre à la suite d’un atterrissage un peu dur, à Nantes. Coût des réparations : 3.662 F. Le Salmson D6 T2 Cricri est  mis en service le 4 août. Les trois autres avions utilisés sont ceux du club : le Potez 36 F-ALBG, le Caudron 230 F-ALDF (futur Rescapé) et le Caudron 232 F-AJYE.

Le Hanriot 161 de la SAP Air Touraine. Au centre, Raymond Mauler. A sa gauche, Ellis « Guy » Boutin.

Création de la 51e escadre

31 mars Onze Potez 540 arrivent à Tours sous le commandement du capitaine Jeannin. Il s’agit du groupe venant de Dijon et qui, à partir du 1er avril, forme la 51e escadre avec le 3e groupe de la 31e escadre. Temps de vol pour rejoindre Tours : 2 h 05 min. Le capitaine Jeannin va prendre le commandement du groupe d’observation 2/51.

Air Touraine fait sa pub

1er avril Air Touraine entame une série de réunions en Touraine pour sensibiliser à l’aviation. Jusqu’au 11, le club visite Loches, Montrésor, Amboise, La Haye-Descartes, Orbigny, Le Grand-Pressigny, Loché-sur-Indrois, Restigné, Langeais, Azay-le-Rideau, Château-la-Vallière, Saint-Flovier, Chinon, Ligueil, Genillé, Preuilly-sur-Claise, Château-Renault.

Un accessit pour les réservistes de Tours

6 avril L’équipage de la 31e escadre termine la dixième place de la coupe Gasnier du Fresne , le championnat de l’aviation d’observation des réserves de l’armée de l’air. L’équipage tourangeau est composé du capitaine Crosnier et du sous-lieutenant Poirier. La coupe est remportée par le capitaine Leroy du CAR Nantes.

Prise d’armes en l’honneur de la 51e escadre

15 avril La 51e escadre est officiellement présentée lors d’une prise d’armes sur la base aérienne. Cette nouvelle escadre est dirigée par le commandant Azema de Castet La Boulbène. Les journaux en profitent pour annoncer la création d’un groupe aérien régional à Tours (GAR) qui deviendra GAO 509.

Défilé devant un Bloch 200 lors de la réception de la 51e escadre, à Tours. (Collection Raymond Poncet)

Les autorités civiles et militaires devant les hangars de la 31e escadre. (origine Léon Sutter, collection DL)

Décès d’un parachutiste au meeting de Tours

16 mai Air-Propagande (Dravet et Ganneau) organise un meeting à l’occasion de la Grande Semaine de Touraine. Y participent Marcel Doret venu présenter le Simoun avec lequel il compte aller de Paris à Tokyo, Louis Massotte, René Drouillet, Louis Clément, Raymond Mauler, Robert Poirier avec un Farman 190. Autre vedette annoncée, Vassard, le parachutiste. La fête s’annonce belle mais elle est ternie par la mort d’André Vassard, son parachute ne s’étant pas ouvert. C’est Robert Poirier qui l’avait emmené.

Le premier numéro de la revue Air Touraine est sorti en avril. Le numéro 2, de mai, annonce le meeting de Parçay-Meslay.

L’aviation populaire au Mans

30 mai Sept avions d’Air Touraine se rendent au Mans pour participer à un rassemblement de l’aviation populaire. Quatre sont pilotés par des membres de la SAP : Gabillon, Cottu, Cholet et Bossy.

Mariage royal au château de Candé, à Monts

3 juin C’est l’événement en Touraine. Le duc de Windsor épouse lady Wallis Simpson au château de Candé, à Monts. Toute la presse mondiale est au rendez-vous. Et c’est dans les ateliers de la Dépêche que sont tirées les photos de la cérémonie, pour le New York Times et Associated Press, notamment. Des épreuves quittent la rue de la Préfecture pour le terrain d’aviation où six avions attendent de les acheminer : deux pour Paris, trois pour Londres et un pour Cherbourg où elles embarquent à bord du paquebot Bremen pour les États-Unis. Pour ce dernier vol, il s’agit d’un Caudron Simoun d’Air Bleu, piloté par l’Orléanais René Vanier. Le survol du château de Candé avait été interdit par un arrêté du ministre de l’Air et du ministre de l’Intérieur. Ainsi que la zone délimitée par Chambray-lès-Tours, Esvres, Sorigny, Pont-de-Ruan et Ballan.

Atterrissage difficile pour un Potez 540

8 juin Un Potez 540 de Tours se brise après être passé sur un fossé. Il appartenait à la 51e escadre. Il était piloté par le lieutenant Pernet. Le mitrailleur, l’adjudant Beyrand, a dû être hospitalisé. Cet adjudant est réserviste.

Carrière terminée pour ce Potez 540 (origine Charles Eugène, collection Vincent Lemaire)

Inspection du général Féquant

14 juin Le général Féquant vient inspecter la base aérienne et notamment les nouvelles installations de la 51e escadre. L’accompagnent le général Vuillemin et le colonel Bizard, qui a été deux fois en poste à Tours, comme chef d’escadrille puis comme commandant de groupe.

Le général Vuillemin (à gauche) et le général Féquant (au centre) devant les nouveaux hangars destinés à la 51e escadre. Les travaux ne sont pas terminés. (origine Léon Sutter)

Démonstration pour la presse et les actualités Pathé-cinéma

17 juin Impressionnante démonstration à Tours où les deux escadres survolent, en formation, la base aérienne où est accueillie une délégation de journalistes étrangers venus visiter le Val de Loire. Cette démonstration réunit les deux groupes, les Bloch 200 de la 31e escadre et les Potez 540 de la 51e. A la tête de la 31e, le lieutenant-colonel Péquin, sur le Bloch 200 n°15. Un film est réalisé par les actualités Pathé, qui sera diffusé en salle, le 1er juillet.

Les Farman d’Air Touraine à Chargé

20 juin Air Touraine envoie ses deux Farman 402 – F-AMXA et F-AMYZ – au meeting de Chargé. Côté pilotes, ce sont Raymond Mauler et Robert Dangoise qui y participent.

Promotions à la base aérienne

22 juin Plusieurs « figures » de la base aérienne sont nommées sous-lieutenants. Il s’agit des adjudants-chefs Marcel Fleuret, Jean Pussiau, Emile Bonnafous, René Massoni, René Fulpin et Constant Dury.

Coupe de l’Ouest pour Air Touraine

4 juillet Les pilotes d’Air Touraine sont au rallye national de l’exposition de Paris. Y participent René Dumontier (Potez 58 F-AOQX Vaçotte personnel), Pierre Parâtre (DH-85 Moth Leopard F-AQRU personnel), René Roncin (Farman 402 F-AMXA La Touraine, du club), Marcel Lévy (Caudron Aiglon personnel, F-ANVM), Raymond Ropion (Farman 402 F-AMYZ Ville-de-Tours du club), André Malaud (Caudron 230 F-ALDF du club), Mme Dumontier (Caudron C-232 Luciole F-AMSI personnel). Air-Touraine y remporte la coupe de l’Ouest (premier club des neuf départements).

Les Tourangeaux à Paris

14 juillet Certes, les aviateurs ne sont pas de revue à Tours. Mais ils sont excusés. En effet, les deux escadres ont le plaisir de survoler Paris, à l’occasion du 14 Juillet.

Quatrième rallye des Vins de Loire

24 et 25 juillet Une cinquantaine d’avions participent au quatrième rallye des Vins de Touraine. Le samedi, Marcel Doret, sur la route de La Baule, s’arrête pour faire le plein et en profite pour faire une démonstration de voltige. C’est l’occasion pour tous de prendre rendez-vous avec la nouvelle aérogare dont le gros œuvre est terminé. Le rallye est remporté par Randolph Malone-Trafford.

Une photo de Randolph Trafford dédicacée par Pierre Parâtre. (collection James Baxendale)

Deux Tourangeaux accidentés en Charente-Maritime

13 août L’accident a lieu à Tonnay-Boutonne. Un capitaine et un sergent réserviste ont une panne de moteur. Gênés par une ligne électrique, ils capotent en essayant de se poser. Tous deux sont blessés.

Air Touraine en Grande-Bretagne

1 septembre Les Anglais sont venus à Tours ; aux Tourangeaux de rendre la pareille. Trois avions d’Air Touraine prennent la direction de l’aérodrome privé de Randolph Trafford, à Michaelchurch : Marcel Lévy et son épouse, Pierre Parâtre et son épouse, René Roncin, Moreau et Mme Roncin mère qui en a fait le récit.

Lire le compte rendu du voyage

En souvenir de Georges Guynemer

11 septembre La dernière citation de Georges Guynemer est lue par le capitaine Béguier, en l’absence des deux escadres qui sont parties s’entraîner à Cazaux. Une cinquantaine de jeunes de l’aviation populaire y participent.

Un nouveau planeur à Tours

17 octobre Le nouveau planeur Avia XV A de la section vol à voile d’Air Touraine fait ses premiers vols.

L’appel aux morts de l’aviation au Christ-Roi

5 novembre Comme chaque année à cette date, le chanoine Joguet organise une messe à la mémoire des aviateurs militaires victimes d’accidents. Le colonel Péquin fait l’appel des trente-trois aviateurs de la base morts en service commandé depuis 1920.

  • 1921 (3) : lieutenant Serrant, lieutenant Fabron, sergent Charlois ;
  • 1922 (3) : soldat Rouer, adjudant Colas, soldat Cony ;
  • 1924 (2) : caporal Ricotier, sergent Esquirol ;
  • 1925 (2) : adjudant-chef Foiny, soldat Foucher ;
  • 1927 (1) : caporal Leluger ;
  • 1929 (7) : sergent Fond, caporal Dambricourt, commandant Tulasne, adjudant Favier, sergent Josserand, sergent-chef Vergniaud, capitaine Lasalle ;
  • 1930 (1) : sergent-chef Bonafous ;
  • 1931 (1) : adjudant Schwebel ;
  • 1935 (6) : capitaine Tapie, lieutenant Gennebaud, caporal Henigue, caporal-chef Brousse, sergent Chabredier, lieutenant de La Buzonnière ;
  • 1936 (7) : sergent Deschamps, adjudant Desjardins, lieutenant de Bonnafos, sergent-chef Uffler, sergent Legeais, sergent Queuille, lieutenant Larrive.

Neuf autres disparaîtront en 1939. Ce qui fera 42 pour l’entre-deux-guerres. Le nombre est identique si on considère la période depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale jusqu’à nos jours. Inutile de chercher leurs noms sur le monument aux morts de la base aérienne, il n’y en a pas…

Onze brevets pour la SAP tourangelle

31 décembre Première année d’activité pour la section d’aviation populaire dirigée par Gaston Papin et dont le moniteur est Raymond Mauler : onze jeunes ont eu leur brevet de pilote 1er degré, les quatre premiers ayant obtenu le second degré.

  • Robert Bossy, n°7593 ;
  • René Cottu, n°7594 ;
  • Robert Gabillon, n°7595 ;
  • Gabriel Cholet, n° 7675 ;
  • Roger Curtat, n°7702 ;
  • Georges Brageul, n°7985 ;
  • Jean Desneux, n°9130 ;
  • Pierre Marcadet, n°9131 ;
  • René Allain, n°9682 ;
  • Albert Bouguereau, n°9683 ;
  • Henri Tabaste, n°9685.

Trois autres ont passé leurs épreuves en 1937 mais les brevets ont été homologués début janvier 1938 :

  • Delqueyroux Paul, n°9770 ;
  • Carrois James ;
  • Ellis Boutin, n°9830.

Robert Bossy se tuera dans un accident à Istres en juin 1939 ; Gabriel Cholet était aide-mécanicien à Air Touraine ; Jean Desneux, est décédé des suites de la guerre (il était mitrailleur sur LeO 45 à la 31e escadre de bombardement) ; Albert Bouguereau a fait la guerre avec la 51e escadre, dans le bombardement d’assaut sur Breguet 693. Dernier pilote à réussir une évacuation sanitaire du « Franche-Comté » à Dien Bien Phu, il est décédé quelques jours plus tard, touché par la DCA vietminh ; Ellis Boutin a suivi son école de pilotage jusqu’au Afrique du Nord : il a combattu, comme réserviste, dans l’aviation lors de la guerre d’Algérie.

5 réponses à to “Dans le ciel de la Touraine en 1937”

  • villard Nelly:

    Bonjour, Seriez vous en mesure de me dire si DESNEUX JEAN cité dans la liste des pilotes ayant été reçu à leur brevet correspond au sergent Jean DESNEUX radio mitrailleur, tombé le 20 mai 1940à LAWARDE MAUGER sur LéO 451 de la GB1/31 et qui n’a été lors du crash que blessé. Je serais intérréssé par sa date et son lieu de naissance. Je sais pour l’avoir vu (habitant LIMOGES)qu’une pièce de cet avion est en exposition au musée privé de PERIGUEUX (trappe de sortie).Merci de votre réponse. sincères remerciements. Mme VILLARD

  • Didier Lecoq:

    Oui, c’est bien lui. Il est décédé après la guerre des suites de ses blessures. Je n’ai pas la date exacte. Originaire de Buzançais, il habitait rue Chalmel à Tours. Si vous avez besoin d’autres renseignements, n’hésitez pas.

  • villard Nelly:

    Bonsoir, merci pour votre réponse. Sur le même sujet savez vous si HOURTIC Henri, lieutenant de l’équipage, est le même que l’architecte qui a élaboré certains immeubles sur BORDEAUX; Je n’arrive pas à trouver sa date et son lieu de décès. Puis-je me permettre de profiter de l’opportunité auriez vous une photo de l’équipage DESNEUX-HOURTIC-TANCHOUX-ROGER; quant à ROGER, impossible de cibler son prénom. décidément cette GB 1/31 me pose souci.
    Il est évident que je vous demande beaucoup.je vous en remercie par avance. sincères remerciements.
    Mme VILLARD

  • hourtic:

    oui, c’est le même, Henri Hourtic était aussi architecte, son cabinet était situé au 190 bd de la Plage, à Arcachon. Il a construit :
    – des maisons à Arcachon et au Pyla, (a participé en particulier à la construction du Lycée de Grand Air d’Arcachon avec ses confrères Larcher et Domenc)
    – des bâtiments et maisons tout autour du bassin d’Arcachon,à Bordeaux et environs
    – un temple à Mérignac et une chapelle au Moulleau… , .

  • hourtic:

    je confirme, C.Hourtic

Laisser un commentaire