Sites associés

Aéroforums

Aéroplane de Touraine est adhérent des Aéroforums, indispensable lieu d'échanges sur l'aviation.

31e escadre de bombardement

Équipages dans la tourmente

Le site de Vincent Lemaire sur la 31e escadre, de 1937 à 1942.

Entre-deux-guerres

Classés par date, voici les accidents d’aviation pour la période de l’entre-deux-guerres. Ces accidents, civils et militaires, se déroulent en Touraine ou concernent des unités de Tours voire des Tourangeaux.

Le tableau récapitulatif pour cette période est visible en suivant ce lien : les accidents de l’entre-deux-guerres en tableau

16 février 1920

Vouvray (37) Le lieutenant Auguste Lanson, du 1er RAO de Tours, et son mécanicien, Coutant, tombent dans le bassin de la ferme de Mme Delahaye. Les deux aviateurs sont  blessés. Modèle d’avion inconnu : Breguet 14 ou Salmson 2 A2. (Source : La Dépêche. Date approximative)

18 septembre 1920

Cazaux (Landes) Lors d’un stage, le lieutenant Léon Sutter, du 31e RAO de Tours, est victime d’un accident en Salmson 2 A2. Il est blessé à la tête. (Source : états des services du commandant Léon Sutter)

cliquez sur l'image pour l'agrandir

Avec le crâne bandé, Léon Sutter. (coll. Didier Lecoq / origine Sutter)

13 octobre 1920

Terrain d’aviation de Tours Mise en pylône d’un Spad XVI. Sans autre précision. (Source : photographie de Louis Greuet sur la page qui lui est consacrée)

6 décembre 1920

Loches ou Cormery (37) De retour d’un meeting à Loches, l’adjudant Jean Foiny et M. Compagnon, marchand de cycles à Tours, sont blessés. Le lieu diffère selon les journaux.  Incertitude également sur l’avion : Compagnon avait engagé deux avions à ce meeting : le Nieuport 80 n° 8177 (F-ABGK) et le Sopwith 1 A2 n° 1245 (F-ABGI). C’est semble-t-il le premier qui s’est écrasé.

23 février 1921

Montrichard (Loir-et-Cher) Le lieutenant Serrant trouve la mort dans la chute de son Salmson 2 A2 n°3605. Le lieutenant James, du 501e régiment de chars, qui l’accompagnait, est blessé. (Sources : les journaux d’Indre-et-Loire)

Le Salmson 2 A2 dans lequel Serrant a trouvé la mort, près de Montrichard.

8 mars 1921

Près du terrain d’aviation L’adjudant Jean Foiny et son élève, le lieutenant Georges Fabron, se percutent en l’air. Foiny rentre au terrain mais Fabron trouve la mort. Il avait été amputé  d’une jambe lors de la guerre en Orient où il était observateur, au sein de l’escadrille 508. (Sources : les journaux d’Indre-et-Loire)

8 avril 1921

Terrain d’aviation de Tours Accident de Victor Gruel qui commande le parc du 31e RAO. Il est légèrement blessé. Le lieu n’est pas précisé, sans doute sur le terrain d’aviation puisque la presse tourangelle n’en parle pas. Modèle de l’avion inconnu. (Source : état des services de Victor Gruel)

3 juillet 1921

Ingrandes-de-Touraine  (37) Atterrissage forcé après une panne. Le sergent Clauzel et le caporal Aymer de la Chevalerie sont indemnes mais le Salmson 2 A2 n°3470 du 31e RAO est endommagé (train et ailes). Le rapport de la gendarmerie précise qu’il porte un insigne : un cor de chasse de chaque côté de l’avion. En savoir plus sur l’accident : lire l’article

5 septembre 1921

Saint-Georges-sur-Cher (Loir-et-Cher) Victime d’un panne, le sergent Paul Charlois trouve la mort dans l’accident de son Salmson 2 A2. Il était allé diner chez son oncle, à Montrichard. Son mécanicien, Auguste Simon, est indemne. (Sources : les journaux d’Indre-et-Loire)

12 octobre 1921

Villeloin-Coulangé (37) Atterrissage forcé du maréchal des logis Martial Dennel (8e escadrille du 3e RAC de Châteauroux) sur la Spad XIII n°10229. Le pilote est indemne, l’avion est très endommagé. (Rapport de gendarmerie, aux archives départementales d’Indre-et-Loire)

24 mai 1922

Avrillé (Maine-et-Loire) Élève de l’école d‘aviation d’Angers, Pierre Teillard, originaire de Saint-Pierre-des-Corps, trouve la mort dans un accident. L’avion était un Nieuport 23 m de la Compagnie française d’aviation. (Sources : les journaux d’Indre-et-Loire)

15 juin 1922

Hanches (Eure-et-Loir) Henri Rouer, du 31e RAO, est éjecté de l’appareil à la suite du décollage. L’avion était piloté par le sergent Durand. Âgé de 21 ans, il était originaire d’Argenton-sur-Creuse. (Sources : les journaux d’Indre-et-Loire)

2 août 1922

Terrain d’aviation de Tours Le lieutenant Jean Plaisance capote. Il est blessé à un œil. (Source : état des services du lieutenant-colonel Plaisance)

6 août 1922

Orly Élève de l’école d’aviation de Charles Nungesser, André Vigneron trouve la mort dans un accident. Il avait 19 ans et demeurait 22 rue Eugène-Süe, à Tours. (Sources : les journaux d’Indre-et-Loire)

24 août 1922

Terrain d’aviation de Tours Le Breguet 14 A2 de l’adjudant Louis Colas et du soldat Elie Cony prend feu au cours d’essais de TSF. Les deux aviateurs décèdent. Ils sont tous deux originaires de la Vienne. (Sources : les journaux d’Indre-et-Loire)

21 novembre 1922

En rentrant du Bourget à son terrain de Thionville avec un Nieuport 29, l’adjudant-chef Maurice Delépine (1er régiment d’aviation de chasse) trouve la mort. Maurice Delépine était né à Saint-Denis-Hors, commune depuis absorbée par Amboise. Il était clerc de notaire avant la guerre. Ses parents, vignerons, demeuraient alors à Dierre. Après avoir commencé la guerre au 66e RI de Tours, il était passé dans l’aviation en 1917, passant son brevet de pilote en juillet. Affecté à la fin de l’année à l’escadrille Spa 62, il a remporté deux victoires en 1918 : le 7 juillet et le 7 août. Il a terminé la guerre avec six citations.

Maurice Delépine

Maurice Delépine.

Châlons-sur-Marne

1er septembre 1923

Terrain d’aviation de Tours L’adjudant Jean Foiny, le pilote de compétition du 31e RAO, est victime d’une panne au décollage. Il est blessé au front. Le lieutenant  Padieu qui l’accompagne est indemne. (Sources : les journaux d’Indre-et-Loire)

26 septembre 1923

Coëtquidan (Ille-et-Vilaine) L’avion du lieutenant Henri Chrétien – sans doute un Breguet 14 A2 – prend feu. Il est blessé au menton et à la joue, sans gravité. (État des services du commandant Henri Chrétien)

13 mai 1924

Terrain d’aviation de Tours Un avion de Metz heurte un bâtiment sur le terrain de Tours. Les deux aviateurs sont légèrement blessés. Le type de l’avion n’est pas connu. (Sources : les journaux d’Indre-et-Loire)

13 juillet 1924

Ingrandes-de-Touraine Le caporal Camille Ricotier et son mécanicien, Esquirol, sont victimes d’une perte de vitesse alors qu’ils sont venus tourner au-dessus du village dont le pilote est originaire. Le Potez 15 du 31e RAO tombe au pied du clocher. Les deux aviateurs sont tués. L’avion porte le n°5 sur la queue et a des cigognes sur le fuselage. (Rapport de la gendarmerie, archives départementales d’Indre-et-Loire). Ricotier était né à Ingrandes, où son père était tonnelier, le 15 mars 1924. Il avait donc 20 ans.

Le Potez 15 s’est écrasé au pied du clocher.

12 mai 1925

Terrain d’aviation de Tours Le sergent Beller, du 3e régiment de chasse de Châteauroux, s’écrase au décollage. Le NiD-29 prend feu. Il est totalement détruit. Beller n’est que très légèrement blessé. (Sources : journaux et photographie sur la page consacrée à Louis Greuet)

19 mai 1925

Monnaie (37) En lice pour la coupe Zenith, l’adjudant-chef Jean Foiny revient au terrain en raison du brouillard. Avec son Potez 15, il accroche de grands arbres. Il meurt dans cet accident, ainsi que son mécanicien, le soldat André Foucher. (Sources : les journaux d’Indre-et-Loire)

Ce qui reste de son Potez 15, après son accident mortel. (Collection Vincent Lemaire)

17 juillet 1925

Terrain d’aviation de Tours Le sergent Pierre Flaux accroche un hangar. Le pilote et son passager, un officier de réserve (Brun ?), sont légèrement blessés.

7 juin 1926

Azay-sur-Cher  (37) Le lieutenant Paskiewicz, du 38e régiment d’aviation, tombe en panne d’essence et se pose dans la campagne. Son Nieuport 29 est détruit. (Source : rapport de la gendarmerie aux archives départementales d’Indre-et-Loire)

2 juillet 1926

Base aérienne Le lieutenant William Hostein et le lieuteuant de réserver Brun sont victimes d’un accident à l’atterrissage. Hostein souffre de contusions cérébrales et perd connaissance. Une blessure qui ne restera qu’un mauvais souvenir. (États des services de William Hostein)

24 juillet 1926

Terrain d’aviation de Tours Le capitaine Marcel Feierstein et le lieutenant Pierre Soviche rentrent de Cazaux. Après le décollage, ils perdent une roue. Feierstein pose le Potez 15 mais capote. Il se fracture le nez. (Sources : journaux et états des services de Marcel Feierstein)

17 septembre 1926

Vouvray (37) En vol de nuit entre Tours et Orléans, le Potez 15 A2 du capitaine Raoul Picard et du lieutenant-colonel Joseph Tulasne, tombe en panne. Picard pose le Potez sur un terrain propice mais il heurte des pommiers et des piquets. L’avion reste sur ses roues. Joseph Tulasne commandait le 31e RAO. (Sources : les journaux d’Indre-et-Loire)

Le capitaine Picard et le lieutenant-colonel Tulasne, après leur atterrissage à Vouvray. Cliquez sur la photo pour l’agrandir (Didier Lecoq)

4 octobre 1926

Aïn Doridj (Maroc) Le Tourangeau Alcide Gadoux, mécanicien, se porte volontaire pour participer à une évacuation sanitaire, sur Breguet 14S. Il trouve la mort dans l’accident de cet avion. (Sources : les journaux d’Indre-et-Loire)

19 novembre 1926

Fréteval (41) Un Potez 15 du 31e RAO, victime d’une panne, se pose et prend feu. Les deux aviateurs sont indemnes. (Sources : les journaux d’Indre-et-Loire)

4 décembre 1926

Villedômer (37) Le lieutenant de vaisseau Vincent Chalamand est victime d’un accident après avoir dû poser son Breguet 19 A2 (n°18143 de la division d’entraînement d’Orly). Il est grièvement blessé. Il trouvera la mort en 1930 dans un autre accident d’avion. (Source : rapport de la gendarmerie aux archives départementales d’Indre-et-Loire)

18 mai 1927

Istres (Bouches-du-Rhône) Le caporal Leluger, du 31e RAO, trouve la mort dans un accident d’avion. Originaire des Côtes-du-Nord, il était sans doute élève-pilote. (Sources : les journaux d’Indre-et-Loire)

2 juin 1927

Noyant-de-Touraine Le commandant Pinsard, du 34e régiment d’aviation de Dugny, doit se poser à cause d’un orage. Son NiD-29 n°931 est détruit dans l’accident. Il a une cigogne peinte sur le côté gauche. (Source : rapport de gendarmerie aux archives départementales d’Indre-et-Loire)

3 juin 1927

Mer (Loir-et-Cher) Un Potez 15 A2 de la 13e escadrille du 31e RAO (Br 226) se retourne après s’être posé dans un champ.

20 juin 1927

Terrain d’aviation de Tours Le sergent Cieuta du 3e régiment de chasse de Châteauroux, accroche un hangar lors d’un atterrissage d’urgence. Son NiD-29 est détruit.

8 juillet 1927

Terrain d’aviation de Tours Venus rencontrer le colonel Voisin, commandant le 31e RAO qui vient de mettre en service ses premiers Potez 25 A2, René Labouchère et Henry Potez – également sur Potez 25 – sont victimes d’une rigole. Le Potez se met en pylône. Labouchère y laisse une dent. (Sources : les journaux d’Indre-et-Loire)

13 septembre 1927

Pont-Cher (37) Mercier, élève-pilote à Angers, vient saluer son quartier. Son Breguet 14 décroche et vient s’écraser près de chez lui. Il décède sur le coup. (Sources : les journaux d’Indre-et-Loire)

7 octobre 1927

Fougeré (Maine-et-Loire) Le sergent Maurice Quémener et le sergent Jean Allayrat, du 31e RAO (15e escadrille, Spa bi-42), doivent faire un atterrissage forcé. Ils sont légèrement blessés.

20 février 1928

Terrain d’aviation de Tours Le lieutenant Roger Delaître percute un hangar. Il est indemne ; le type de l’avion n’est pas précisé. (Sources : les journaux d’Indre-et-Loire)

22 février 1928

Lucenay (Nièvre) Nouvel incident pour le lieutenant Roger Delaître qui doit se poser en campagne après une panne. Ni lui ni son mécanicien n’est blessé. (Sources : les journaux d’Indre-et-Loire)

13 avril 1928

Terrain d’aviation de Tours Le lieutenant Maurice Béguier, du 3e régiment de chasse de Châteauroux, capote. Il est indemne. Le lieutenant Béguier est né à Neuvy-le-Roi, en Indre-et-Loire. Il était affecté à Tours avant le Deuxième Guerre mondiale. (Sources : les journaux d’Indre-et-Loire)

Joué-lès-Tours Une panne contraint un Potez 15 A2 de la 13e escadrille du 31e RAO de Tours (Br 226) à se poser sur les bords du cher. L’avion se retourne mais les deux aviateurs – les sergent Maurice Perdereau et le soldat René Papon – n’ont rien. Le Potez 15 portait le n°8. (Sources : les journaux d’Indre-et-Loire)

3 août 1928

Terrain d’aviation de Tours Le lieutenant Jules Caubet heurte un monticule à l’atterrissage. Le train est arraché. Le mécanicien qui l’accompagnait est légèrement blessé. (Sources : les journaux d’Indre-et-Loire)

21 juin 1929

Azay-le-Rideau (37) Le capitaine Grappe et le sergent-chef Jäger, sur le Breguet 19 A2 n°703, sont victimes d’un accident en se posant sur un terrain cultivé. Les deux aviateurs du 33e RA de Mayence sont blessés, l’avion est détruit. (Source : rapport de gendarmerie aux archives départementales d’Indre-et-Loire)

28 juin 1929

Terrain d’aviation de Tours Le train du Potez 25 A2 du sergent-chef Baudry, heurte un autre avion. Il se retourne. Baudry appartenait à la 11e escadrille. (Sources : les journaux d’Indre-et-Loire)

14 juillet 1929

Saint-Avertin (37) Premiers sauts en parachute pour des aviateurs de Tours. Partis pour le défilé, le lieutenant Jules Caubet et le sergent-chef Marcel Fleuret doivent abandonner leur Potez 25 de la 12e escadrille (Sal 10) qui s’écrase sur les bords du Cher. (Sources : les journaux d’Indre-et-Loire)

14 juillet 1929, l’adjudant Fleuret (à droite) contemple ce qui rest e de l’avion. (coll Vincent Lemaire / origine Marcel Fleuret)

23 août 1929

Terrain d’aviation de Tours Un Potez 15, en décollant, vient percuter un Potez 25. Deux aviateurs – le sergent Georges Fond et le caporal Dambricourt – qui se trouvaient à côté de l’avion –, sont tués. L’adjudant-chef Joseph Jaunay est blessé. Les deux aviateurs à l’origine de l’accident sont indemnes. En savoir plus sur cet accident Lire l’article

5 octobre 1929

Sorbier (Allier) En rentrant des Balkans, deux Potez 25 du GR 5 se heurtent dans le brouillard. Le commandant François Tulasne, l’adjudant Favier, le sergent Robert Josserand et le sergent-chef Vergniaud sont tués. En savoir plus sur cet accident Lire l’article

15 décembre 1929

Désert de Syrte (Libye) Le capitaine Victor Lasalle trouve la mort lors d’une tentative pour relier Paris à Saigon sur un Nieuport NiD-642 de tourisme. Trois autres aviateurs décèdent dans l’accident. En savoir plus sur cet accident Lire l’article

Lasalle, Rébart et Faltot avant leur dernier départ. (Collection Yvette Morel-Lasalle)

11 juin 1930

Saint-Jean-de-Braye (Loiret) De retour du meeting de Vincennes, le Potez 25 du 31e RAO est victime d’une panne. Devenu incontrôlable, il s’écrase près du château de Charbonnières. L’adjudant-chef Vergnaud peut sauter en parachute. Pas le sergent-chef Paul Bonafos qui ne le portait pas. L’avion appartenait à la 13e escadrille (Br 226) commandée par le capitaine Rouquillaud. (Sources : les journaux d’Indre-et-Loire)

2 juillet 1930

Terrain d’aviation de Tours Le Potez 25 du caporal Delmas se retourne à l’atterrissage et prend feu. Les deux aviateurs sont indemnes. (Sources : les journaux d’Indre-et-Loire)

26 août 1930

Terrain d’aviation de Tours Le Breguet 19 du GR I/31 accroche une haie au moment d’atterrir. L’adjudant-chef Joseph Tissier se fracture un bras et une jambe. Le lieutenant Michel Bouvard (futur général) est indemne. (Sources : les journaux d’Indre-et-Loire)

24 février 1931

Terrain d’aviation de Tours Une panne au décollage provoque l’accident du capitaine Henri Chaignon. Légères contusions pour le pilote et le soldat Bernard qui l’accompagne. (Sources : les journaux d’Indre-et-Loire)

29 juillet 1931

Terrain d’aviation de Tours Le sergent Gabriel Froidefond, du GR I/31, accroche un arbre. L’avion – sans doute un Breguet 19 – est fortement endommagé. (Sources : les journaux d’Indre-et-Loire)

30 juillet 1931

Étang de Berre (Bouches-du-Rhône) L’officier de 1re classe Georges Bougault trouve la mort lors d’un entraînement pour la coupe Schneider sur un hydravion Bernard. Il était originaire de Genillé. (Sources : les journaux d’Indre-et-Loire)

5 octobre 1931

Étampes (Seine-et-Oise) L’adjudant André Schweibel trouve la mort dans une collision au décollage. Le sergent-chef Gabriel Charbonnier (du 31e RAO) qui l’accompagne est indemne. (Sources : les journaux d’Indre-et-Loire)

26 octobre 1931

Parçay-Meslay Michel Détroyat percute des peupliers peu après avoir décollé du terrain d’aviation en rentrant à Paris. En savoir plus sur cet accident : Lire l’article

Détroyat a survécu à la chute de son Morane bleu. (Didier Lecoq)

29 janvier 1932

Athée-sur-Cher (37) Pris par le brouillard, Georges Delage et Roland Coty posent leur Potez-36.13 au bord du Cher mais capotent.  Peu de dégâts et aviateurs indemnes. Immatriculé F-ALOB, le Potez 36 sera revendu à Pierre Parâtre, de l’Aéro-Club de Touraine. (Sources : les journaux d’Indre-et-Loire)

13 juin 1932

Terrain d’aviation de Tours Le Morane-Saulnier 230 qu’utilisait Louis Rouland dans la patrouille tricolore est légèrement endommagé à l’atterrissage. Le pilote (américain) et sa passagère sont indemnes. (Sources : les journaux d’Indre-et-Loire)

28 juin 1932

Saint-Georges-sur-Loire (Mainte-et-Loire) Les sergents-chefs Gougeon et Cot heurtent une haie après avoir refait le plein. Un aviateur est légèrement blessé. (Sources : les journaux d’Indre-et-Loire)

31 août 1932

Auzouer-de-Touraine Marcel Haegelen est victime d’une panne d’essence. Faute de pouvoir se poser à cause du brouillard, il doit sauter en parachute. Il participait à la coupe Michelin avec son Hanriot LH-42. (Sources : les journaux d’Indre-et-Loire)

19 mai 1933

Commercy (Meuse) Le capitaine Alexandre Montrelay est légèrement blessé à la suite d’un capotage. Le sergent-chef Froidefond est indemne. (Sources : les journaux d’Indre-et-Loire)

22 mai 1933

Veigné (37) Pris dans un orage, André Pla, d’Orly, est obligé de poser son Lorraine-Hanriot 439 immatriculé F-AJVZ. Le pilote est légèrement blessé. (Source : rapport de gendarmerie aux archives départementales d’Indre-et-Loire)

21 décembre 1934

Chançay (37) Le lieutenant Rougevin-Baville, de la 2e escadre de chasse est à deux doigts de percuter le sol à cause du brouillard. Mais en touchant le sol, il casse son train d’atterrissage. Il n’a d’autre solution que de prendre un peu de hauteur et de sauter en parachute. (Sources : les journaux d’Indre-et-Loire)

29 janvier 1935

Tours Collision dans le ciel de Tours pour le Nieuport du caporal-chef René Beauchamp, de la 2e escadre de chasse. Si l’autre avion rentre par ses propres moyens, le pilote saute en parachute et tombe sur l’île Simon. L’avion, désemparé, s’écrase dans la cour d’un immeuble, rue de la Croix-Montoire. (Sources : les journaux d’Indre-et-Loire)

12 mars 1935

Base aérienne de Tours Un LéO 20 de Reims percute à l’atterrissage un autre LéO 20 – celui du capitaine de la Herverie – qui s’était embourbé. Un aviateur, le sergent Gass est grièvement blessé. (Sources : les journaux d’Indre-et-Loire)

Les deux Lé0 206 de l’escadrille Br 205 (12e escadre de Reims) sur la base aérienne de Tours : le « 3 » (semble-t-il le Lé0 206 n°1) et le « 4 » (LéO 206 n°12). (coll. Vincent Lemaire)

18 avril 1935

Ardentes (Indre) Le capitaine Paul Tapie, de la 2e escadre, parti dans l’Indre pour superviser l’examen de chef de patrouille, trouve la mort dans la chute du Breguet 19, en même temps que son pilote, l’adjudant-chef Roy. (Sources : les journaux d’Indre-et-Loire)

1er mai 1935

Ardentes (Indre) Le caporal Henigue et le lieutenant Gennebaud (31e escadre), en manœuvres, sont tués lorsqu’un chasseur de Châteauroux percute leur avion. (Sources : les journaux d’Indre-et-Loire)

17 août 1935

Biscarosse (Landes) Le caporal-chef Brousse et le sergent Chabredier (31e escadre), en stage à Cazaux, tombent en mer et meurent noyés. (Sources : les journaux d’Indre-et-Loire)

23 août 1935

La Courtine (Creuse) Le lieutenant observateur Nouel de la Buzonnière est tué après avoir été éjecté de son Breguet 27 lors de manœuvres. (Sources : les journaux d’Indre-et-Loire)

5 septembre 1935

Saint-Jean-aux-Bois (Ardennes) Le capitaine Norbert Girard, originaire de Cormery, trouve la mort dans la chute de son Bloch 200. (Sources : les journaux d’Indre-et-Loire)

Lire également

Les gens se pressent devant l’école où sont alignés les cercueils. La masse sombre, à gauche de l’école, est l’aileron droit d’un des deux avions.

 

4 décembre 1935

Parçay-Meslay Un Caudron Simoun d’Air Bleu touche des peupliers au moment de se poser. Le Simoun s’écrase dans un jardin. Le pilote, Charles Tixier, est tué sur le coup. En savoir plus sur cet accident Lire l’article

Les aviateurs de la base autour du Simoun d’Air Bleu. (Origine Eugène, collection Vincent Lemaire)

29 décembre 1935

Saint-Avertin (37) Jean Tulasne, victime d’une panne avec le Farman 402 de son aéro-club, Air Touraine, veut se poser sur les bords du cher. Mais les rives sont inondées et le Farman termine sa course sur le dos. Jean Tulasne et les deux passagers sont indemnes. L’avion sera réparé.

On imagine ce coin de verdure dans un lit du Cher en crue. Cela n’a pas empêché l’accident. (Collection François Tulasne)

25 février 1936

Forêt d’Amboise Deux Nieuport 62 de la 2e escadre de chasse se percutent au-dessus de la forêt d’Amboise. Si Dechanet, futur pilote du Normandie-Niemen, réussit à rentrer, le sergent Paul Deschamps dont l’avion s’écrase près d’une maison forestière, est retrouvé mort, au bout de son parachute, accroché à des branches. Grièvement blessé, il décède  à son arrivée à l’hôpital d’Amboise.

Vallères (37) Le même jour, un autre Nieuport 62 de la 2e escadre, victime d’une panne, doit se poser à Vallères. Le sous-lieutenant Bréard heurte un pommier. Si le pilote est indemne, il n’en est pas de même pour l’avion. (Sources : les journaux d’Indre-et-Loire)

29 mai 1936

Luynes (37) L’adjudant Robert Tondeur doit se poser en catastrophe après avoir perdu une hélice métallique en vol.  Le NiD-62 est détruit. (Sources : les journaux d’Indre-et-Loire)

6 juin 1936

Base aérienne de Tours Michel Daudré, de Ris-Orangis, est victime d’une perte de vitesse au décollage. Il meurt dans l’accident. Il participait au rallye de l’Union des pilotes civils de France. (Sources : les journaux d’Indre-et-Loire)

19 juillet 1936

Base aérienne de Tours Un incident (comique) plutôt qu’un accident, lors du Rallye des vins de Touraine. Descendu de son Caudron Aiglon (F-ANXA)  pour lancer l’hélice, le commandant Pétrequin n’a pas le temps de regagner sa place que l’avion se met à rouler. Heureusement, sa passagère a la présence d’esprit de pousser sur le manche et de mettre l’avion en pylône. (Sources : les journaux d’Indre-et-Loire)

3 août 1936

Saint-Raphaël (Var) Lors d’un entraînement de tir sur manche à air, l’adjudant Roger Desjardins  (GR I/31, 2me escadrille) est arraché  de sa place de mitrailleur sur le Breguet 270 n°67 piloté par l’adjudant Jules Regnoux. Il est décédé lorsqu’il est repêché, sans doute après avoir heurté la dérive de l’avion. (Sources : les journaux d’Indre-et-Loire)

6 août 1936

Gaël (Ille-et-Vilaine) Quatre aviateurs de la 31e escadre trouvent la mort dans la chute de leur Potez 540 lors de manœuvres à Gaël. Il s’agit du lieutenant de Bonafos, du sergent -chef Uffler et des sergents Legeais et Queille. (Sources : les journaux d’Indre-et-Loire)

13 octobre 1936

Vouvray  (37) Lors d’une séance d’acrobatie, le harnais du lieutenant Patureau-Mirand cède. Il est projeté hors de son appareil. Heureusement, son parachute s’ouvre normalement. (Sources : les journaux d’Indre-et-Loire)

22 octobre 1936

Saint-Nicolas-des-Mottets (37) Le lieutenant Larrive (2e escadre de Tours) est victime d’une rupture de vilebrequin. L’hélice ainsi libérée frappe le Nieuport 622. Le pilote n’a pu rattraper son avion ni sauter en parachute. René Larrive appartenait à la 1re escadrille. Il était passé par l’École supérieure d’aéronautique (promotion 1930). (Sources : les journaux d’Indre-et-Loire)

Juin 1937

Base aérienne Un Gourdou 32 sur un Nieuport 622. Cet accident, dont on trouve plusieurs photographies sans précision de date autre que celle mentionnée au MAE qui possède une, n’a fait l’objet d’aucune information. Ni dans les journaux tourangeaux, ni dans les archives du Service historique de la Défense, à Vincennes.

Seul le lieu est certain : la base aérienne de Tours. (Collection Vincent Lemaire, origine Eugène)

8 juin 1937

Base aérienne Le Potez 540 du lieutenant Pernet (4e escadrille du GB II/51) roule dans un trou près de la butte de tir. L’équipage – lieutenant Pernet, sergent Paillault et adjudant de réserve Beyrand – est indemne. (Source : La Dépêche)

Accident de Pernet

Le Potez 54 de Pernet était sans doute le n°210. (Collection Vincent Lemaire, Origine Eugène)

19 juillet 1937

Abilly (37) Le sous-lieutenant Faucamberg et le sergent Ladet sur le Potez 25 n°1829. (Service historique de la Défense)

21 juillet 1937

Monnaie (37) Sergent-chef Streiff, de la 2e escadre de Chartres,  sur Nid 622 n°670, indemne. (Service historique de la Défense)

18 août 1937

Saint-Léon-sur-l’Isle (Dordogne) En se rendant aux manœuvres du Sud-Est, à Lézignan-Corbières, le Bloch 200 n°131 (1re escadrille, I/31) se pose dans un champ à la suite d’une panne. Le lieutenant Hirsch, le sergent-chef Pégon, le sergent Farrugia et le sergent-chef Perrigouard sont indemnes. En savoir plus sur le site de Vincent Lemaire Équipages dans la tourmente

25 août 1937

Monnaie (37) Sergent Duranthon, de la 6e escadre, sur NiD 629 n°700, indemne. (Service historique de la Défense)

16 septembre 1937

Carrouges (Orne) Lors des manœuvres de l’Ouest,  le Bloch 200 n°61 (1er escadrille du I/31), victime d’une panne moteur, se pose dans un pré. Le capitaine Comte, le lieutenant Saint-Upéry, l’adjudant Charpentier, le sergent-chef Perrigouard et le sergent Bonnardon évacuent le Bloch qui est détruit par l’incendie. En savoir plus sur le site de Vincent Lemaire Équipages dans la tourmente

4 février 1938

Négron (37) Pylône, à la suite d’un atterrissage forcé de du sergent Couderc, venu d’Orléans. Pilote indemne. (Sources : les journaux d’Indre-et-Loire)

25 février 1938

Saint-Laurent-en-Gâtines (37) Lors d’un vol de nuit, un Bloch 200 n°62 cherche à se poser dans la campagne à la suite d’une panne de moteur. Il percute une ferme. Tout l’équipage est tué : lieutenant vieux, sous-lieutenant Bedat, adjudant Perrin, sergent Giclon et sergent Aubry. En savoir plus sur cet accident : lire l’article

La dérive du Bloch au milieu des gravats de la grange. (Collection Vincent Lemaire)

3 mars 1938

Base aérienne de Tours Le sous-lieutenant Flamand et l’adjudant Poilane se mettent en pylône avec le Bloch 200 n°134 (31me escadre), utilisé pour l’entraînement au pilotage sans visibilité. D’autres aviateurs étaient à bord. Tout le monde est indemne. En savoir plus sur le site de Vincent Lemaire Équipages dans la tourmente

13 avril 1938

Sainte-Maure-de-Touraine Le capitaine Alexandre sur un D-501 n°247 doit faire un atterrissage forcé. L’appareil heurte un muret et se retourne. Le capitaine Alexandre est grièvement blessé. (Service historique de la Défense)

23 juin 1938

Beaumont-la-Ronce (37) Le Potez 540 n°135 de l’escadrille ministérielle est victime d’une panne de moteur.  Il se pose, de nuit, dans une tourbière. Tous les membres de l’équipage, particulièrement nombreux, trouvent la mort dans l’accident : capitaine Raynaud, capitaine Marmagnant, capitaine Raineri, lieutenant de vaisseau Perret, lieutenant Canal, sergent Fabre, sergent Thibault. En savoir plus sur cet accident Lire l’article

7 juillet 1938

Moulhard (Eure-et-Loir) Encore une panne moteur pour un Bloch de la 31e escadre. Cette fois, c’est le Bloch 200 n°121 qui est contraint de se poser dans la campagne. Les cinq aviateurs – capitaine Mondin, sergent de Tournemire, sous-lieutenant Cascaret, sous-lieutenant Pigelet et sergent Castela – sont indemnes mais l’avion un peu moins. (Source : les journaux d’Indre-et-Loire)

3 août 1938

Le Rheu (Ille-et-Vilaine) Accident, semble-t-il dû à une panne d’essence, d’un Potez 540 de la 31e escadre. L’équipage est indemne : commandant Jeannin, sous-lieutenant Bonardel, sergent Molière, sergent Picheux, sergent Poilane. (Sources : les journaux d’Indre-et-Loire)

16 septembre 1938

Allonnes (Maine-et-Loire) Encore un Bloch victime de ses moteurs. Le Bloch 200 n°123, en vol de nuit en Anjou, doit se poser en catastrophe. Deux des aviateurs sautent en parachute, l’adjudant Clabaut et l’aspirant Pigelet. Mais c’est trop tard pour le lieutenant Moncheaux et le sergent-chef Crétenier  qui posent l’appareil de la 1mier escadrille du groupe I/31. Ils sortent pratiquement indemnes de cet accident. En savoir plus sur le site de Vincent Lemaire Équipages dans la tourmente

18 septembre 1938

Base aérienne de Tours Lors d’un vol avec un planeur de la section d’avion populaire, le câble de lancement n’est pas détaché. Maurice Pellerin, 19 ans, trouve la mort dans l’accident.

13 décembre 1938

Cormery (37) Panne de moteur pour le Bloch 200 n°162 (2e escadrille du I/31). Appareil intact et équipage indemne : lieutenant Schlegel, adjudant-chef Regnoux, sergent Calvel, caporal Audoux, adjudant Cattoën. En savoir plus sur le site de Vincent Lemaire Équipages dans la tourmente

7 janvier 1939

Lézignan-Corbières Panne de moteur et atterrissage forcé pour le Bloch 200 n°18 (1re escadrille, I/31) en convoyage de Tours vers Blida. Appareil intact, équipage indemne : lieutenant Colle, adjudant-chef Gaëstel, sergent Roy, sergent-chef Ruaux. En savoir plus sur le site de Vincent Lemaire Équipages dans la tourmente

23 février 1939

Cheillé (37) Lors d’un vol entre Bordeaux et Villacoublay, un Caudron Simoun militaire est pris dans la tempête et vient s’écraser dans la forêt. Le pilote, Jean Devaud, est tué. En savoir plus sur cet accident : lire l’article

13 mars 1939

Base aérienne de Tours Le lieutenant-colonel Blaizot, ancien chef de groupe à Tours, est victime d’un accident avec le Potez 25 n°1747 du GMIT 404 de Dugny. (Sources : Service historique de la Défense)

19 avril 1939

Chambray-lès-Tours Pas de panne de moteur cette fois, c’est le réservoir du Bloch 200 n°69 qui tombe en vol et déclenche un incendie. A bord de l’avion : adjudant Crétenier, sergent Bougault, sous-lieutenant Dupré, sous-lieutenant Pigelet, adjudant Bordenave. (Source : les Journaux d’Indre-et-Loire)

22 avril 1939

Base aérienne de Tours De retour de manœuvres en Anjou, quatre Bloch 210 de la 51e escadre volent en formation. Deux d’entre eux se percutent au moment de la dispersion, dont celui de Louis Mailloux, commandant la 51e escadre de bombardement. Les membres des deux équipages sont tous tués : lieutenant-colonel Mailloux, lieutenant de Rilly, adjudant Gonin, sergent Callède, sergent Bredela, caporal-chef Génébault, sergent-chef Girard, sergent-chef Lagarce, adjudant François. En savoir plus sur cet accident : lire l’article

Le Bloch 210 du lieutenant-colonel Mailloux. (origine Rigourd via Vincent Lemaire)

2 mai 1939

Argana (Maroc) Neuf morts dans l’accident du Dewoitine D-338 (immatriculé F-ARIC), l’avion d’Air France qui assurait la ligne Dakar – Toulouse. L’accident est dû au givrage. Parmi les trois membres d’équipage, le mécanicien Eugène Courson, né le 16 septembre 1897 à Ligueil. (Source : les journaux d’Indre-et-Loire)

12 mai 1939

Vouvray (37) Atterrissage forcé du Bloch 210 n°91 qui fauche dix-huit pommiers. L’équipage est indemne : adjudant-chef Hégron, sous-lieutenant Carpentier, sergent Walbaum, sergent Baguenard. « Le responsable de cet accident est le moniteur qui a prolongé son vol au-delà de la durée raisonnable permise par le carburant emporté », estime le général Pennès, Inspecteur général de l’aviation de bombardement. (Sources : Service historique de la Défense)

4 juin 1939

Istres (Bouches-du-Rhône) Premier élève de la section populaire de Tours breveté civil puis militaire, Robert Bossy trouve la mot dans un accident au cours de sa formation. (Sources : les journaux d’Indre-et-Loire)

27 juin 1939

Poillé-sur-Vègre (Sarthe) Incendie et panne moteur lors d’un vol de nuit pour le Bloch 200 n°81 (1re escadrille, I/31). Le Bloch traverse un bois à l’atterrissage mais tout l’équipage est indemne : commandant Dumas, sergent Nadaud, aspirant Dupré, sergent-chef Eugène, caporal-chef Desneux. En savoir plus sur le site de Vincent Lemaire Équipages dans la tourmente

11 juillet 1939

Base aérienne de Tours Le Bloch 200 n°67 (3e escadrille, II/31) perd une roue au décollage. Son équipage réussit à le poser (presque) normalement. Tous sont indemnes : sous-lieutenant Guisset, sergent Aubourg, sergent Terrel, caporal-chef Turbillon, soldat Pageaut. En savoir plus sur le site de Vincent Lemaire Équipages dans la tourmente

29 juillet 1939

Base aérienne de Tours Le Bloch 200 n°206 de la 51e escadre, dévie à l’atterrissage et vient s’encastrer entre deux hangars d’Air Touraine. En savoir plus sur cet accident : lire l’article

Le Bloch 210 n°206 codé 2 du GBI/51 (Sal 39) dans le hangar d’Air Touraine (collection Aéro-Club de Touraine)

30 juillet 1939

Saint-Yan (Côte-d’Or) Un Bloch 200 de la 31e escadre (4e escadrille) se pose avec difficulté en allant à Lyon. L’équipage était composé du sous-lieutenant Resseguier et de l’aspirant Cellier. En savoir plus sur le site de Vincent Lemaire Équipages dans la tourmente

4 réponses à to “Entre-deux-guerres”

  • 6 août 1936

    Gaël (Ille-et-Vilaine) Quatre aviateurs de la 31e escadre trouvent la mort dans la chute de leur Potez 540 lors de manœuvres à Gaël. Il s’agit du lieutenant de Bonafos, du sergent -chef Uffler et des sergents Legeais et Queille. (Sources : les journaux d’Indre-et-Loire)

    Vous pouvez placer un lien à partir de notre site concernant cet accident aérien survenu sur le terrain de Gaël.
    http://www.absa3945.com//Gael%20aviation/historique/1936.html

  • Laurent Courson:

    Bonjour,
    Un ami m’a communiquer votre site. Je suis allé voir si par hasard vous évoquiez le parcours de mon grand-père : j’ai constaté qu’un article évoquait l’accident dans lequel il a trouvé la mort au Maroc le 2 mai 39.
    Je voulais juste apporter une précision : mon grand-père ne s’appelait pas Emile mais Eugène (Marcel 2ème prénom que tout le monde lui attribuait) Courson.
    Merci à vous d’en prendre note et bravo pour votre site qui honore la mémoire de ces grands hommes.
    Cordialement
    Laurent Courson

  • Didier Lecoq:

    D’abord merci pour vous être attardé su le site. La correction sera rapidement faite. Et une page est prévue sur lui.
    Cordialement
    Didier Lecoq

  • PROGNON Maurice:

    Bonjour ! Habitant Saint-Benoit-la-Forêt et me baladant en forêt de Chinon, j’y ai trouvé ce que je pense être peut-être des débris d’avion, morceaux de tôle d’alu avec rivets et restes de contreplaqué, 3 débris au total, le plus grand mesurant env. 30 x 60cm. Localisation plus précise : entre Saint-Benoit et Rivarennes, lieu-dit Chant d’oiseau.
    Si cela vous évoque quelque chose… Merci d’avance,
    Très cordialement !

Laisser un commentaire