Sites associés

Aéroforums

Aéroplane de Touraine est adhérent des Aéroforums, indispensable lieu d'échanges sur l'aviation.

31e escadre de bombardement

Équipages dans la tourmente

Le site de Vincent Lemaire sur la 31e escadre, de 1937 à 1942.

En images
octobre 2017
L M M J V S D
« Sep    
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031  

Articles avec le tag ‘Accidents’

Jean Tulasne capote dans le Cher

29 décembre 1935 L’accident n’aurait pas retenu l’attention si le pilote ne s’appelait Jean Tulasne. Cet après-midi-là, le futur commandant de l’escadrille Normandie prend un Farman 402 de son club(1), Air-Touraine, pour faire une promenade avec deux amis.

Jean Tulasne, en 1934, à Avord. (Collection François Tulasne)

Lire la suite de cette entrée »

Peur sur la ville

La peur de voir un avion tomber sur la ville remonte à la fin de la Première Guerre mondiale, lorsque le camp d’aviation était américain. Jusque-là, des avions avaient bien fait des atterrissages forcés mais sans inquiéter la population. C’était en général dans les jardins. Le premier atterrissage « involontaire » sur Tours (ou l’agglomération) remonte à septembre 1913. Un sapeur, sur un Blériot XI militaire, se posa dans la jardin de M. Dupond, à la Rabaterie. Une arrivée sans mal pour le pilote et le propriétaire du jardin. Seules victimes, quelques pieds de tomates.

Lire la suite de cette entrée »

Un Bloch 200 de Châteauroux s’écrase sur une ferme

25 février 1938. Adossé à un mur de la ferme du Petit-Bois, à Saint-Laurent-en-Gâtines, au nord de Tours, un petit monument aux morts rappelle le souvenir de cinq aviateurs de Châteauroux qui, en février 1938, trouvèrent la mort en cherchant à se poser après une panne de moteur.

Ce qu'il reste du Bloch 200 : la grange attenant à la ferme a également brûlé. (Didier Lecoq)

De la route qui relie Saint-Laurent-en-Gâtines à Beaumont-la Ronce on aperçoit la petite ferme, située à l’écart. Elle se trouve à quelques centaines de mètres de l’église de Saint-Laurent – si particulière – une ancienne maison d’été des évêques de Tours. On aperçoit également d’autres fermes, un petit bois. Le lieu-dit en tire son nom : le Petit-Bois.

Lire la suite de cette entrée »

Un coucou mortel à Ingrandes-de-Touraine

 

La carlingue du Potez 15, au pied de l’église.

Dimanche 13 juillet 1924, c’est la fête à Ingrandes-de-Touraine, village où débute le vignoble de Saint-Nicolas-de-Bourgueil. Un Potez 15 s’y est invité. Panne, erreur de pilotage ? Toujours est-il que l’avion a piqué vers le sol alors qu’il faisait le tour du clocher de l’église. Il était 18 h 35. De la carlingue, immobilisée dans une rue du village, on devait sortir deux corps, celui du caporal Camille Ricotier, le pilote, tué sur le coup, et celui du soldat Armand Esquirol, son mécanicien, 18 ans, né à Saint-Paul-de-Jarrat (Ariège), qui décédera une heure plus tard. Ils appartenaient au 31e régiment d’aviation de Tours. « L’avion portait, a précisé le maire dans son rapport, le n°5 sur la queue et une cigogne sur le fuselage. » Mais que faisaient les deux aviateurs à Ingrandes ? Le caporal Ricotier était du pays et c’est sous les yeux de ses parents et de ses amis qu’il a trouvé la mort. En faisant coucou.

Lire la suite de cette entrée »