Sites associés

Aéroforums

Aéroplane de Touraine est adhérent des Aéroforums, indispensable lieu d'échanges sur l'aviation.

31e escadre de bombardement

Équipages dans la tourmente

Le site de Vincent Lemaire sur la 31e escadre, de 1937 à 1942.

En images
octobre 2017
L M M J V S D
« Sep    
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031  

Articles avec le tag ‘Pionniers’

André Beaumont paie, Roland Garros ne paie pas

Le 21 mai 1911, deux pilotes doivent se poser dans la campagne lors de la première étape de Paris – Madrid. André Beaumont a dû payer les dégâts causés aux culture. Plus chanceux à Villeperdue, Roland Garros n’a eu qu’à dire merci.

Roland Garros est revenu le 30 septembre en Touraine, pour l'inauguration de l'hôpital de Château-Renault. Il était à Loudun pendant les manœuvres pour remettre son Blériot à l'armée, en 1912. (Didier Lecoq)

Dans une circulaire envoyée aux préfets le 12 mars 1912, le ministre de l’Intérieur avertissait les maires que son collègue, le ministre de la Guerre, n’entendait plus payer rubis sur l’ongle les dégâts causés aux cultures par l’atterrissage d’un avion militaire. « Les dégâts causés par l’atterrissage lui-même sont en général de peu d’importance, mais dans la plupart des cas, de nombreux curieux pénètrent dans les champs, endommageant les récoltes qui s’y trouvent. Mon collègue est dès maintenant décidé à rejeter toutes les réclamations qui n’auraient pas pour base le dommage direct, causé par l’atterrissage […] Les propriétaires et les cultivateurs n’auraient donc recours que contre les auteurs mêmes des dégâts. » Et de préciser que c’était aux maires de faire la police pour empêcher l’envahissement des terrains. En 1912, un texte précisait même le montant des indemnités à verser : 2 F l’are de sarrasin, 2,80 F pour l’avoine, 2,75 F pour le seigle et l’orge, 4 F pour le blé. En province, car c’était beaucoup plus cher en région parisienne, allez savoir pourquoi. En 1911, c’était encore un peu à la tête du client. Ou plutôt à l’appréciation de la victime…

Lire la suite de cette entrée »

La minute la plus angoissance de Maurice Guillaux

En 1913, Georges Prade demande – pour Je sais tout – à huit pilotes (1) de raconter leur minute la plus angoissante. Le sujet : sous quel aspect la mort s’est-elle présentée aux héros de l’air, quelles sensations a-t-elle éveillées en eux, comment leur volonté a-t-elle su réagir, par quel prodige d’énergie ont-ils pu continuer ? La réponse de Maurice Guillaux.

Lire la suite de cette entrée »

En 1912, le comte René Le More rêve d’Afrique

Son rêve ? Traverser le Sahara en aéroplane. En 1912, René Le More part donc le reconnaître à pied. Il va le traverser dans les deux sens. Inutile exploit : il décédera de maladie un an plus tard, toujours en Afrique. Sans pouvoir réaliser ce rêve.

Lire la suite de cette entrée »

La coupe Pommery fait tourner la tête des aviateurs

Son règlement est simple : il faut parcourir la plus longue distance entre le lever et le coucher du soleil. La coupe Pommery a suscité bien des convoitises. Condamnée par les progrès techniques des avions, la tricherie de Maurice Guillaux a accéléré sa disparition.

Maurice Guillaux

L’aviation n’a pas décollé en France par la seule force des ingénieurs et de ses pilotes. Plusieurs mécènes ont su mettre de l’essence dans son réservoir : Ernest Archdeacon, Lazare Weiler, Henry Deutsch de La Meurthe, les frères Michelin ainsi qu’un grand nom du champagne, la maison Pommery.

Lire la suite de cette entrée »