Les avions de la base aérienne de Tours – et avant lorsque le camp d’aviation n’avait pas encore ce nom – ont régulièrement photographié la Touraine et le Val de Loire. Et parfois même au-delà, à l’occasion de voyages ou de manœuvres. Avec des escadrilles d’observation et de reconnaissance, il y avait les outils et les hommes pour le faire.

D’où viennent-elles ? Écartons d’entrée des photos arrivées un peu par hasard, chinées ou trouvées sur un site de ventes en ligne. Sans informations, difficile de remonter leur piste. En revanche, pour certaines d’entre elles, les informations nous aident. Vous trouverez donc :

  • Des photos de Tours réalisées par la 40e section de photographie aérienne et l’escadrille Sal 277, arrivées à Tours en avril 1919. C’est cette escadrille, sur Salmson 2 A2, qui a photographié Tours à l’occasion du retour du 66e régiment d’infanterie dans la ville – le Six-Six cher aux Tourangeaux.
  • Des photos réalisées par Louis Greuet, affecté à l’escadrille Br 226 en 1919 et arrivé avec ellecette année-là.
  • Des photographies, sans doute destinées à la vente ou distribuées en remerciement, sur lesquelles figurent l’origine, le nom du château et la date : 31e RAO, août 1925. Il y en a une douzaine. Certaines sont sur des supports cartonnés.
  • Deux d’entre elles portent des précisions sur la date (8 juin 1928 à 10 h), le lieu et l’escadrille (escadrille 14), l’altitude.
  • Plusieurs ont été prises en août 1929. Y figure le nom de l’observateur photographe, l’adjudant René Fulpin. Ce sont sans doute des photos de la même origine qu’on trouve cartonnées avec, au dos, un tampon indiquant “Fête du 31e régiment d’aviation mai 1930“. Il s’agit d’un grand meeting de soutien aux familles des aviateurs qui ont trouvé la mort en 1929, année noire pour le régiment.
  • J’ai également ajouté des photos issues du fonds Meurisse, libre de droit sur le site de la BNF Gallica.
  • S’y ajoute également tout un lot de photographies qui viennent du commandant Léon Sutter qui est arrivé à Tours en 1920 et qui a notamment commandé la section de photographie aérienne de 1932 à 1934.
  • Il y a également une petite série de photographies prises par le groupe de reconnaissance 1/33 Belfort dont les Lightning F5G ont fréquenté le Val de Loire à la fin des années 40. Elles m’ont été transmises par le fils du commandant Ernest Louis.

Et puis, il y aura quelques isolées mais ce sera précisé dans la légende. Il y aura, en tout, une quarantaine de lieux ainsi mis en ligne.

Didier Lecoq