L’envol du général de Maricourt

« C’est complètement idiot, mais on a l’air gonflé »

Trois Potez 25 de la 11e escadrille (Sal 10), sa première escadrille. (Origine André J Charpentier)

Créateur des commandos parachutistes de l’air, deux fois directeur de l’École de l’air, major général de l’armée de l’air, Alain Dumesnil de Maricourt a commencé sa carrière d’aviateur à Tours, en 1931.

Il faudrait davantage qu’un article pour parler de la carrière du général de Maricourt. Ne serait-ce que pour aligner ses citations (six), ses décorations (commandeur de la Légion d’honneur, Silver Star américaine notamment) et ses états de service : commandant du GB 1/32 Bourgogne puis de la 31e escadre de 1943 à 1945 avec lesquels il se distingue en Italie puis en Allemagne ; il commande deux fois l’École de l’air ; au Tonkin, il est à la tête du groupement aérien tactique du Nord ; il quitte l’armée en 1961 alors qu’il commande les Forces aériennes tactiques.

Le sous-lieutenant de Maricourt.
(origine familiale)

Cette longue et prestigieuse carrière, c’est à Tours qu’elle a commencée, en mai 1931. Il a alors 22 ans. Après Saint-Cyr – promotion 1927 « Maréchal Gallieni » – , l’Ecole d’application de l’aéronautique de Versailles et Avord où il a passé son brevet de pilote en décembre 1930, le sous-lieutenant de Maricourt est nommé au 3e groupe d’observation du 31e  régiment. Le commandant Babinet l’affecte à la 12e escadrille, « l’escadrille des porcs-épics, ça me va bien » écrit-il alors.

«  Il y a un clivage marqué entre les officiers du régiment » , note-t-il dans ses mémoires non publiées. « Les uns sortent du rang, les autres viennent des Écoles. J’aime ces hommes simples, peu instruits mais pleins d’un solide bon sens durci au feu de la guerre. Car ils ont fait bravement la guerre et, à la force du poignet, se sont hissés au premier rang. C’est avec le capitaine Sutter, mon commandant d’escadrille et le lieutenant Loric, son second, que j’apprends à connaître les hommes. »

«  Les lieutenants dans les escadrilles sont en grande majorité issus de Saint-Cyr et pour une moindre part de Polytechnique. Que de bons camarades je trouve parmi eux : La Baume (Alain), de Chasseval, Albertus, Comte, Raineri, Nicolas, Lhéritier, de Veyrinas, etc. Jeunes officiers d’active, nous avons à nos côtés une armée de sous-lieutenants de réserve qui font leur service militaire. Ils viennent de toutes les grandes écoles : Agro, HEC, Centrale, Sup-Aéro. D’autres sont architectes, ou ont fait leur droit. Ils sont généralement plus mûrs que nous et, tout en assurant aussi bien leur service, font preuve de plus d’humour et de fantaisie. Certains d’entre eux deviendront de gros bonnets de l’Enseignement, de la Magistrature, de l’Industrie, voire de la Politique. D’autres atteints par le virus se feront activer et s’assureront de brillantes carrières dans l’Armée de l’Air.  »

11e et 12e escadrilles
auxquelles il a appartenu.

Il y découvre le Potez 25, « 180-200 km/h la queue par-dessus les plans ». Il y découvre également la vie tourangelle. Jusqu’en 1930, un officier doit sortir le soir dans les rues de Tours, en grande tenue. Lorsque le sous-lieutenant de Maricourt arrive, le régime s’est libéralisé. Mais la liberté n’est pas totale pour les célibataires. Le colonel de Castel désigne une popote où les jeunes officiers doivent se retrouver pour le dîner. C’est la pension Duviella, rue Emile Zola. Il y partage la vie des étudiants. Les paris également, comme de faire le tour d’un pâté de maisons du boulevard Heurteloup, complètement nu…

Comme d’autres officiers, il passe en avion sous le pont de fil. Il n’y a pas trop de place entre le tablier et les bancs de sable. « C’est complètement idiot, mais on a l’air gonflé. »

« On vole peu », regrette-t-il. « Toujours le même exercice de tir au camp du Ruchard, le même réglage d’artillerie à l’École de Poitiers, la même photo de la gare de Saint-Pierre-des-Corps, le même exercice de navigation sur l’immense triangle Blois – Vendôme – Tours. Il y a bien les vols de nuit. C’est un peu plus sportif mais les places sont chères pour les jeunes. De vieux crabes monopolisent les “tapins”. Il y a une prime de vol de nuit et j’ai l’impression que pour eux les instruments de bord sont gradués en francs et en centimes.  » Une fois par an l’escadrille fait mouvement sur Cazaux, pour s’entraîner au tir puis à La Courtine ou Coëtquidan où elle participe à des manœuvres interarmes. « Ce sont les meilleures périodes de l’année car le travail est sérieux. »

Deuxième en partant de la gauche, le lieutenant-colonel François de Castel avec, à sa gauche le capitaine Sutter et le lieutenant Loric. (Origine Sutter)

Nommé lieutenant en octobre, il passe à l’autre escadrille du 3e groupe, la 11e, six mois après. «  Mon commandant d’escadrille est le petit capitaine Mainguy, officier lui aussi sorti du rang. Il est d’un naturel jovial et complaisant. Un changement se produit vite, annonciateur de temps nouveaux. De jeunes capitaines issus de l’X ou de Saint-Cyr arrivent au pouvoir. Second de la 11e, je suis tour à tour sous les ordres de Crestey, puis de Montrelay. Avec eux commence bien timidement le remue-méninges.  »

Il est alors désigné pour suivre un cours de navigation aérienne auprès de la Marine nationale, à Brest. Il y apprend beaucoup de choses, « toujours passionnantes mais rarement utiles. La Marine met en effet l’accent sur la navigation astronomique, alors que nous sommes à l’aube de la navigation radio- guidée. Sextants, éphémérides et carnet Bertin ne me serviront jamais, sauf un peu au Sahara, mais au sol. » Le stage se termine par un voyage d’application en Corse et en Tunisie. Il y découvre l’Afrique, elle l’attire.

Le général de Maricourt.
(origine armée de l’air)

Sorti major de Brest, il rejoint Tours où il est aussitôt chargé d’instruire les élèves mitrailleurs. « Ils ont en gros le niveau du certificat d’études et je les accable de trigonométrie sphérique, de coefficient de Poisson ou de corrections de Givry. Ils ne comprennent rien et je ne comprends pas qu’ils ne comprennent pas. » Pas de quoi lui faire oublier l’Afrique.

En octobre 1933, il obtient son affectation au 37e régiment d’aviation pour participer aux dernières opérations au Maroc. C’est sur ce continent, sous son impulsion, alors qu’il est à la tête de l’armée de l’air en Algérie, que sont créés, en 1956, les commandos parachutistes de l’air n°10/541 et 20/541. Parce que, comme il le dira, « il est plus facile à un oiseau de marcher qu’à un serpent de voler ».

Didier Lecoq

Cet article – en version plus courte – a été publié dans la revue de la base aérienne de Tours Alpha 705 en 2009.

Une armée est appelée à souffrir dans son cœur plus encore que dans sa chair. Il en a toujours été ainsi parce que, vous le savez bien, s’il est facile de faire son devoir, il est parfois bien difficile de savoir où il se trouve.

Honneur au Cadre Rose, dans Le Piège
A propos Didier Lecoq 26 Articles
Journaliste à la Nouvelle République, à Tours. Secrétaire général de la rédaction.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*