Edmond Joubert, espion faute de pouvoir encore voler

14-18

Jardinier, garçon de café, évadé, artificier, pilote, Edmond Joubert était prêt à tout pour rendre service.

Un Caudron R4 loin du front, lors d’essais de lance-bombes, sans doute à Issy-les-Moulineaux. Presque comme deux de l’escadrille 76… (@ Famille Hostein)

Parcours étonnant que celui d’Edmond Joubert. Preuve s’il en est des méandres de l’ascenseur social en cette fin du XIXe – début du XXe siècle.

Edmond Joubert est né à Thilouze, entre Azay-le-Rideau et la ligne du chemin de fer qui va de Tours vers l’Espagne. Famille de cultivateurs, un grand-père domestique, une grand-mère garde-barrière à Vallères. Lui-même était domestique, à la Pasqueraie, commune de Ballan, avant de devenir serveur dans les hôtels de la région.

Pas dans des hôtels sordides de Tours. Edmond Joubert a d’abord été chasseur au Café de Paris, puis à l’hôtel Métropole, aujourd’hui disparu, qui faisait le coin entre la rue de Bordeaux et l’avenue de Grammont. Puis garçon à l’hôtel de Bordeaux, toujours à Tours.

Edmond Joubert n’a pas pris la route de l’Espagne mais celle de Bruxelles ; garçon au Palace Hôtel avant de choisir Anvers, l’hôtel de la Poste, en 1912 puis à Gand jusqu’à la fin de l’année 1913. Un beau circuit pour un jeune domestique qui n’a que 18 ans.

Après deux semaines en France, il rejoignit Bruxelles, à l’hôtel de Paris d’abord, puis au Place Hôtel ; Il était là lorsque la guerre éclata. Il y resta jusqu’au 25 janvier 1915 dans cette ville occupée par les Allemands.
Lorsqu’il apprit que les occupants allaient arrêter tous les Français en âge de se battre, Edmond Joubert a choisi la fuite et a rejoint les Pays-Bas en passant par Anvers et Flessingue. Ce départ lui a valu la médaille des Évadés, reçue en 1930.

Une enquête du commissaire Delgay

Edmond Joubert était encore loin de l’aviation. De retour en France, combattant volontaire – ce qui lui vaudra une autre médaille – il est parti avec le 135e régiment d’infanterie d’Angers, le 5 février 1915, il n’avait pas encore 20 ans. Un régiment avec lequel il a combattu… en Belgique.
A la fin de l’année, le 135e est dans le secteur de Loos qu’il doit laisser aux soldats britanniques début janvier 1916. Ce sera sans lui car le 2 janvier, il est blessé par des éclats d’obus. Le seul blessé de son régiment ce jour-là. Pour lui, l’arrière ce sera l’hôpital de Vannes.

Edmond Joubert ne reverra pas le 135e car il a demandé, entretemps, de passer dans l’aviation. Le temps de sa formation, il a intégré une escadrille nouvelle, la 76 du lieutenant René Doumer. Il y est artificier. L’escadrille, dont le cœur balançait entre la chasse et la reconnaissance, était équipée de Caudron G4 et surtout de Caudron R4. C’est sans doute dans cet avion triplace qu’il a demandé à voler alors que – une citation le rappellera – « rien ne l’obligeait à le faire ». L’escadrille est alors attachée à la Ve armée.
Le pas est vite franchi pour Edmond Joubert qui a demandé à devenir pilote le 14 avril 1917. Deux mois plus tard il obtient son brevet, n° 7103, le 22 juin 1917, chez Caudron au Crotoy. Il est d’abord envoyé comme moniteur à l‘école de Châteauroux puis, toujours comme moniteur, à l’école de tir aérien à Cazaux où il tombe malade, ce qui entraîne sa réforme, juste avant la fin de la guerre.

Qu’à cela ne tienne, le sergent Joubert propose ses services au contre-espionnage français, arguant de sa maîtrise du flamand. C’est par sa candidature et l’enquête réalisée par le commissaire spécial de police Albert Delgay, de la Sureté générale de Tours, que son parcours est connu. Le rapport est daté du 11 juin 1918 : « Les meilleurs renseignements sont fournis, tant sur Joubert Edmond que sur sa famille ; Edmond Joubert est sérieux, travailleur et ne boit pas. » Trop tard pour devenir espion, la fin de la guerre arrivait à grand pas.

Edmond Joubert est reparti en Belgique après la guerre. Il s’y marie en 1919. Il y décède, à Bruxelles, en 1974. Non sans avoir voulu aider l’aviation française d’après-guerre, à laquelle il a proposé des services dans les colonnes du journal Les Ailes.

Didier Lecoq

Un R4 modifié, sans doute pour étudier des lance-bombes. Il y a en a quatre, deux sous le mitrailleur avant, deux sous le mitrailleur arrière. Les bombes étaient placées verticalement. (@ Famille Hostein)
A propos Didier Lecoq 84 Articles
Journaliste honoraire. Secrétaire général de la rédaction à la Nouvelle République, à Tours, jusqu'en 2020.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*