La réponse du 19 juin : Jacques Métadier, le premier

Cela figure sur sa demande d’inscription à l’Amicale des Français Libres en juin 1947. A la ligne “date et condition du ralliement”, Jacques Métadier a écrit : “19 juin 1940 à 8 h 30, LE PREMIER. Ai amené au général de Gaulle un premier groupe”.

A la ligne suivante, “organisme ayant reçu le ralliement”, il écrit: “Le général de Gaulle personnellement”.

La licence de Jacques Métadier. (DGAC)

A n’en pas douter, Jacques Métadier est un des premiers à rejoindre la France Libre. Il a l’avantage sur ceux qui étaient en France ou qui ont entendu le discours du général de Gaulle, d’avoir été sur place. Lors de la mobilisation Jacques Métadier a été affecté à Londres. Comme Charles de Gaulle, il était passé par Saint-Cyr, cinq années après l’Homme du 18 Juin (promotion de La Grande Revanche, celle de 1914). Mais si le général “à titre provisoire” est resté dans l’armée, le capitaine Métadier a fait carrière… dans les sciences. Plus précisément à l’école de médecine et de pharmacie de Tours où il a enseigné.

Jacques Métadier a, un temps, travaillé pour les laboratoires éponymes, célèbres à Tours, les laboratoires Paul Métadier. On les croirait proches parents. Paul et Jacques vivaient en Touraine, tous les deux étaient pharmaciens. Mais il faut sans doute s’armer de patience pour remonter leurs arbres généalogiques et les faire se rencontrer.

Président de l’Aéro-Club de Touraine

Le rapport avec l’aviation ? D’abord, Jacques Métadier est devenu président de l’Aéro-club de Touraine, dans sa version temporaire après la fusion avec l’Aviation-Club de Touraine au début des années 30. Jusqu’à ce que la justice rende à Victor Chantreau, le président-fondateur, tous ses droits sur le nom de l’Aéro-Club de Touraine. C’est Jacques Métadier qui a donné, avec Pierre Souvent, un coup d’accélérateur à l’aviation de tourisme en Indre-et-Loire qui aboutira, quelques années plus tard, à la création d’Air Touraine avec tous les clubs enfin réunis. D’autres ont suivi. Il a passé son brevet (n°3490) à Tours, le 13 décembre 1934.

La Touraine Républicaine du 25 octobre 1931,
en présentation du meeting qu’il a organisé au profit
de la Maison des Ailes.

A 47 ans passés (il est né à Limoges en 1893 où son père était horloger), Jacques Métadier n’était plus en mesure de combattre, comme il l’avait fait lors de la Première Guerre (deux blessures, Croix de guerre et Légion d’honneur en 1917). C’est l’uniforme de médecin qu’il a revêtu. Il faut dire qu’il a délaissé l’armée pour des études solides, devenant médecin et pharmacien, puis professeur à l’école de pharmacie. Sa première épouse, Arlette Gelé de Francony, était également médecin (elle a publié Santé et beauté de la femme par l’éducation corporelle, PUF, 1922). Elle était la sœur de Jack Gelé de Francony, pilote sur les lignes PanAm, rallié lui aussi aux Forces Françaises Libres, décédé en 1942 dans un accident d’avion en Angleterre alors qu’il était au 1 RFTS, une école de réentraînement.

Acteur pendant la guerre

Jacques Métadier a donné des conférences sur l’aviation. Il a également écrit dans son domaine professionnel :
– “La théorie de l’agitation chaotique. Mouvement brownien, agitation moléculaire, dispersion, floculation, etc.” préfacé par Louis de Broglie.
– “Mouvement brownien dans l’espace de Hilbert. Hyperquantification et superquantification.”
– “France”, publié en 1943 et préfacé par le journaliste et historien britannique Wickham Steed.
– Les Oxions (Comment améliorer votre santé sans drogues ni médicaments grâce aux “vitamines de l’air”), publié en 1983.

Collaborateur de René Cassin à Londres, payant de sa poche les premières dépenses, Jacques Métadier y a édité la revue Solidarity pour sensibiliser la public britannique à l’action de la Résistance française. Il est même allé plus loin en tournant dans deux petits films de propagande destinés à soutenir la Résistance. Petits films mais grands réalisateurs :
Bon voyage, d’Alfred Hitchcock

Candlelight in Algeria, de George King

Jacques Métadier est décédé à Bayonne, en 1986.

Didier Lecoq

A propos Didier Lecoq 32 Articles
Journaliste honoraire. Secrétaire général de la rédaction à la Nouvelle République, à Tours, jusqu'en 2020.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*