Sites associés

Aéroforums

Aéroplane de Touraine est adhérent des Aéroforums, indispensable lieu d'échanges sur l'aviation.

31e escadre de bombardement

Équipages dans la tourmente

Le site de Vincent Lemaire sur la 31e escadre, de 1937 à 1942.

La légende du Heinkel 111 du château de Chatenay

Au cours de la Seconde Guerre mondiale, un Heinkel 111, de retour d’un bombardement sur l’Angleterre, s’écrase sur le château de Chatenay, à Sainte-Radegonde. Il y a cinq morts dans l’avion, treize dans le bâtiment. En est née une légende. Un fantasme.

Si vous circulez boulevard Abel-Gance en direction du nord,  juste avant d’arriver au rond-point qui mène à l’aérogare, vous passez sans le savoir sur le château de Chatenay. Une ferme, à droite, l’éolienne et plusieurs cèdres marquent encore l’emplacement de l’ancienne demeure. Le terme de château est un peu pompeux pour ce  manoir du XIXe siècle, en forme de U (1). Il appartenait à la famille Reuter, dont une des filles – Hélène – a connu un moment de prestige à la fin des années 20 comme sculpteur.

Un He-111 du I./KG 27, à Tours, dans une alvéole provisoire. (Collection Dan Gilberti)

Chatenay a été détruit pendant la Seconde Guerre mondiale, lorsqu’un Heinkel 111 du I./KG 27 est venu le percuter, en pleine nuit. Depuis circule une rumeur sur la destruction du château : l’avion n’est pas tombé là par hasard. Le pilote allemand se serait suicidé, comme l’affirme une revue publiée en 1995 « Parçay-Meslay se souvient ». Les raisons avancées : le « surmenage des équipages » et des « pertes subies ». Dans le livre de la collection « Mémoire en images » consacré à Sainte-Radegonde (2), l’auteur se fait plus précis : c’est en 1943 qu’a eu lieu le drame, après que le pilote eut semble-t-il appris son départ pour le front de l’Est.

En fermant les yeux, on imagine assez bien cette version aérienne des « 12 Salopards ». On voit bien un « moustachu », fatigué par une guerre sans fin et sans issue, qui en finit en jetant un avion chargé de bombes sur une résidence de l’état-major.
Bon, assez rêvé…

La date

Tours n’est pas Stalingrad. L’accident n’a pas eu lieu au plus fort du désespoir allemand, mais dans la nuit du 22 au 23 octobre 1940. Le I/KG 27 – 1er groupe de la 27e escadre de combat (Kampfgeschwader) –, équipé de Heinkel 111 P et H, est engagé, de nuit, dans le Blitz, la troisième phase de la bataille contre l’Angleterre. On est donc bien loin de 1943 et du front russe (3).

Le surmenage ?

Voler de nuit, chercher son objectif, esquiver la DCA, échapper aux chasseurs de nuit, prendre le bon cap pour rentrer, on comprend bien que les équipages étaient fatigués au retour d’une telle mission. La fatigue est source d’accidents. Deux exemples. Ils ne sont pas pris au hasard. Ils concernent cette unité allemande. La plus grosse perte que le I./KG 27 a connue, à Tours, ne doit rien à la chasse anglaise. C’est au retour d’un bombardement, au moment de se poser, que deux He-111 se sont télescopés, dans la nuit du 5 au 6 octobre 1940. Bilan : cinq morts. Moins dramatique : un équipage a fait une erreur de cap en rentrant d’un bombardement sur l’Angleterre. Là encore la fatigue est en cause. Attendu à Tours, il a amerri… près de Gijon, en Espagne ! L’équipage a été récupéré par des pécheurs.

De lourdes pertes ?

Le 1er groupe du KG27 a perdu plusieurs aviateurs au cours de cette bataille d’Angleterre : dans la nuit du 28 au 29 juillet, un équipage, touché par la DCA, se pose dans la Manche, un aviateur disparaît ; dans la nuit du 23 au 24 août, un He-111 de la 3e escadrille est abattu par la DCA britannique, tuant les quatre aviateurs allemands ; dans la nuit du 30 au 31 août, le He-111 codé 1G+BH est abattu par la chasse de nuit et l’équipage est fait prisonnier. Entre le 25 juillet (premier bombardement depuis Tours) et le 23 octobre (date de l’accident de Chatenay), cela fait dix tués et quatre prisonniers, en comptant l’avion accidenté à Parçay-Meslay. Des chiffres à comparer aux pertes de la 31e escadre de bombardement qui était à Tours avant la guerre : 24 aviateurs de la 31e escadre sont morts au cours de la bataille de France (mai-juin 1940). Difficile de parler de lourdes pertes.


Afficher

Chatenay sur une carte plus grande

Le brouillard ?

Le journal de marche du I./KG 27 indique qu’il y avait du brouillard. Ce qui ajoute aux difficultés d’un tel retour après un raid de plusieurs heures. N’oublions pas que la base de Tours ne possédait pas de piste en dur. Il y avait une zone d’atterrissage balisée mais le terrain, en cette saison et de nuit, n’avait rien à voir avec Orly ou Roissy (4). Quant au château de Chatenay, il est situé à proximité immédiate du terrain, au sud, dans un léger repli. Derrière des cèdres de l’Atlas. Ce sont sans doute ces cèdres qui ont provoqué la perte de l’avion (5).

L’équipage ?

Dépressif, le pilote ? Inutile de chercher de ce côté : les aviateurs étaient jeunes et donc – mais ce n’est qu’un avis – très motivés. Le lieutenant Wolfgang Wilhelm n’avait pas encore 21 ans. Les trois autres membres de l’équipage avaient respectivement 24, 25 et 26 ans. Dans l’avion accidenté le 6 octobre, le commandant de bord, le capitaine Manke, n’avait pas 23 ans et le pilote – le plus âgé à bord – 29 ans seulement. Pour la Luftwaffe, l’accident n’a fait aucun doute. Il n’y a d’ailleurs pas eu d’enquête. Le lendemain, le responsable des vols note, dans le journal de guerre : « Chute sur la piste d’engagement de Tours pendant la tentative d’atterrissage à cause d’une mauvaise visibilité. L’appareil est entré en contact avec la ligne d’arbres bordant la piste et s’écrase dans le logement du 1.FBK » (5).

Des précédents à Tours

Cet accident est à rapprocher de ceux que l’armée de l’air a connus à Tours, juste avant la guerre. En 1938, là encore de nuit, deux bombardiers français ont été détruits au nord de Tours, le premier en percutant une ferme près de Saint-Laurent-en-Gâtines, le second dans une tourbière près de Beaumont-la-Ronce. Bilan : douze morts. Sans oublier le plus grave accident qu’a connu la Touraine, le 22 avril 1939, avec deux Bloch 210 de la 51e escadre qui se sont percutés au moment de l’atterrissage : neuf morts. Et c’était de jour.

Un château ? Mouais…
Chatenay à Sainte-Radegonde

Le château de Chatenay avait été transformé en pension pour enfants.

Mais revenons sur la demeure. La Touraine compte de nombreux châteaux. Celui de Chatenay est loin du peloton de tête. Il n’abritait d’ailleurs pas de châtelain. La famille Reuter l’avait loué, nu. Il abritait, avant la guerre, un préventorium pour enfants, la « Campagne Marie-Bernadette » (7). Le mobilier détruit dans le château était d’ailleurs celui de la gérante, Madeleine Guinot. Dans sa demande d’indemnisation, qui se trouve aux archives d’Indre-et-Loire (8), l’inventaire ne mentionne que cinq chambres. Mais il faut y ajouter les pièces destinées aux enfants du prévantorium pour arriver au total de vingt pièces occupées par les aviateurs allemands. Dans l’inventaire des biens détruits figurent « 85 lits-cage, couchettes et divans » mais aussi 27 tapis, 61 chaises, 70 tables, etc. Pas que quoi satisfaire des officiers allemands. En revanche, côté jardin, il y avait 24 transatlantiques. Pour le repos des guerriers.

Tous ces arguments suffisent à réduire la thèse du suicide à une peau de chagrin. Ce n’est pas tout. Reste une question essentielle : qui le pilote aurait-il voulu tuer ? Le château de Chatenay n’abritait pas l’état-major de l’aviation allemande en Touraine. Pas de généraux en goguette comme dans les « 12 Salopards ». Y était hébergé le 1.FBK, autrement dit le parc aéronautique du groupe : mécaniciens, armuriers, techniciens divers. Il n’y a pas d’officier parmi les victimes, hormis le pilote. Les treize militaires allemands qui ont trouvé la mort, surpris dans leur sommeil à l’intérieur du château de Chatenay, étaient soldats ou sous-officiers. Ils avaient entre 19 et 26 ans. On imagine mal ce que le pilote aurait pu leur reprocher.

Bon, voilà, si vous n’êtes toujours pas convaincu, vous pouvez toujours reprendre votre rêve.

Didier Lecoq

Notes

(1) La Luftwaffe a utilisé des châteaux bien plus importants en Touraine : notamment les Belles-ruries et le Mortier à Monnaie, Bel-Air et Beaumanoir à Fondettes, Mazières à Notre-Dame-d’Oë, La Bourdaisière à Montlouis, Meslay à Parçay-Meslay et Beauséjour à Saint-Symphorien. Mais surtout, en ce début de guerre, les Allemands ont utilisé le casernement de la base aérienne. Le déménagement d’une partie du mobilier de certains de ces châteaux au profit de la base aérienne le montre bien.

(2) Éditions Sutton.

(3) Ces escadres de combat sont des escadres de bombardement. Le KG 27 « Boelke » occupait plusieurs terrains au moment du Blitz : état-major et 1er groupe à Tours, 2e groupe à Dinan et Avord, 3e groupe à Rennes. Le I./KG 27 a quitté Tours en juin 1941. Sur le III./KG 27 à Avord, voir le site de Frédéric Hénoff.

(4) Il faudra attendre 1942 pour que les Allemands construisent deux pistes en dur.

(5) Le bois de Chatenay sera utilisé plus tard pour accueillir des alvéoles, permettant ainsi la dispersion et le camouflage des avions.

(5) Traduction de Jonathan Largeaud, auteur de « Quand les bombes tombaient du ciel », aux éditions et de « Se souvenir de Tours sous les bombes » chez Geste Éditions.

(7) Le préventorium a été évacué au début de la guerre pour faire place à des aviateurs français puis au service de santé.

(8) Cote 301 W 284

 

Merci à Frédéric Hénoff et Jonathan Largeaud pour leur aide, ainsi qu’à Dan Gilberti d’ histavia21.

En savoir plus

« Quand les bombes tombaient du ciel », aux éditions et de « Se souvenir de Tours sous les bombes » de Jonathan Largeaud chez Geste Éditions

Les « Chronik Kampfgeschwader Nr. 27 Boelcke » de Walter Waiss, l’historien de l’unité.

 

2 réponses à to “La légende du Heinkel 111 du château de Chatenay”

  • Cher Didier. Je viens de prendre lecture de ton article sur « cette légende » relative au crash du 1G+AL le 23 octobre 1940. Espérons que mon ouvrage et ton article permettent de taire à jamais cette légende urbaine et faire lumière sur la seule vérité, beaucoup moins exotique, celle d’un équipage qui s’écrase suite à de mauvaises conditions météo et à la fatigue engendrée par des opérations aériennes éprouvantes au-dessus de l’Angleterre. Merci pour ton engagement dans le devoir de mémoire et la valorisation de l’histoire tourangelle, deux activités qui me sont chères.

  • DROUET DOMINIQUE:

    MERCI ,je suis né a TOURS et j’ai vécu a Ste Radégonde au petit monsoudun j’avais pas connaissance de ce fait mais d’un autre arrivé beaucoup plus tard dans le bois de chatenay celui la .Je ne me souvient plus de l’année mais je me souvient que nous étions en classe quand nous avons entendu le bruit puis la sirène .Mais je suis ravi de ton article qui m’apprend encore une histoire sur Tours que j’ai quitté il y a quarante ans.Quand nous étions petit nous allions avec mes parents nous promener sur les anciennes pistes et voir les avions.Par contre jamais entendu parler de légende des crashes ,merci a toi pour cet article enrichissant pour moi qui recherche constamment des articles sur ma ville natal et sa région.Beau travail de mémoire.

Laisser un commentaire